Qui peut avoir le statut de conjoint associé ?

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Agriculteur | Artisan-Commerçant | Auto-entrepreneur | Dirigeant non-salarié | Dirigeant salarié | Libéral | Salarié

Le conjoint (ou partenaire de PACS) du chef d’entreprise, qui participe à l’activité d’une société artisanale, commerciale ou libérale, doit choisir son statut social.

S’il respecte un certain nombre de conditions, il peut opter pour le statut de conjoint associé.

Le statut de conjoint associé présente certains avantages :  il peut être cumulé avec une activité salariée au sein de la société et permet au conjoint de bénéficier d’une couverture sociale.

Conditions pour pouvoir bénéficier du statut de conjoint associé

Le conjoint du commerçant, de l’artisan ou du libéral, ne peut opter pour le statut de conjoint associé que si :

  • Il participe effectivement et régulièrement à l’activité de l’entreprise
  • L’entreprise est une société de type SARL, SELARL, SAS et SNC, dans laquelle son conjoint est dirigeant (sauf EURL ou SASU)
  • Il détient des parts dans la société

À NOTER

Le conjoint du gérant d’EURL ou d'un président de SASU ne peut pas choisir le statut de conjoint associé.

Quelle rémunération pour le conjoint associé ?

Le conjoint associé peut être salarié ou non-salarié ; il peut donc cumuler son mandat social avec un contrat de travail et percevoir une rémunération au moins égale au SMIC (l'activité salariée doit être exercée à titre professionnel et habituel).

Quelle protection sociale pour le conjoint associé ?

Le statut de conjoint associé présente des avantages au niveau de la protection sociale du conjoint. Le régime d’affiliation varie en fonction de celui du chef d’entreprise, ou encore, du cumul par le conjoint associé, d’un mandat social avec une activité salariée au sein de l’entreprise.

Le conjoint associé d’un artisan ou commerçant

Le conjoint associé non-salarié d’un artisan ou commerçant

Le conjoint associé non-salarié, qu’il soit rémunéré ou non au titre de son mandat social, est obligatoirement affilié aux régimes maladie et vieillesse du chef d'entreprise. De ce fait, le conjoint associé d’un artisan-commerçant peut cotiser, en fonction du statut social du chef d’entreprise et de la forme juridique de l’entreprise, à l'un des deux régimes suivants :

  • Sécurité sociale pour les indépendants (ex-RSI) : dirigeant non-salarié

OU

Le conjoint associé affilié à la Sécurité sociale pour les indépendants verse des cotisations pour :

Le conjoint associé cotise également pour les allocations familiales, la CSG/CRDS et la formation professionnelle.

Le conjoint associé affilié au Régime général verse des cotisations pour :

Le conjoint associé salarié d’un artisan ou commerçant

Si le conjoint associé est salarié de la société, il cotise alors au régime général de la Sécurité sociale.

À NOTER

Lorsque le conjoint associé cumule avec une activité salariée, il peut prétendre aux allocations chômage (sous réserve de l’admission à l’assurance chômage par Pôle emploi).

Le conjoint associé d’un professionnel libéral

Si le conjoint est associé d'un professionnel libéral, il est affilié pour l'assurance maladie-maternité à la Sécurité sociale pour les indépendants.

Pour l'assurance vieillesse, l’invalidité et le décès, le conjoint associé verse des cotisations à :

  • L'une des sections professionnelles de la Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales(CNAVPL)

OU

  • La Caisse nationale des barreaux français(CNBF) pour les avocats.

Le conjoint associé paye également des cotisations à l'URSSAF pour les prestations familiales ainsi que la CSG-CRDS et la contribution à la formation professionnelle.

Tableau récapitulatif des caisses d'affiliation du conjoint associé

Conjoint associé (non salarié) d’un artisan ou commerçant

Conjoint associé (non salarié) d’un libéral

Conjoint associé (salarié) d’un artisan ou commerçant

Conjoint associé (non salarié) d’un dirigeant salarié

Maladie -Maternité

Sécurité sociale pour les indépendants

Sécurité sociale pour les indépendants

Régime général de Sécurité sociale

Régime général de Sécurité sociale

Vieillesse

CNAVPL ou CNBF (pour les avocats)

Invalidité -

Décès

Allocations familiales

URSSAF

CSG-CRDS

Comment mettre fin au statut de conjoint associé ?

Pour mettre fin à son statut, le conjoint associé doit céder ses droits sociaux.

Le chef d’entreprise doit alors informer, sous 30 jours, le centre de formalités des entreprises (CFE) dont il dépend en renvoyant, selon son statut social ou la forme juridique de son entreprise, l’une des attestations cerfa suivantes :

  • M2 « Déclaration de modification - Personne morale »
  • P2 PL « Déclaration de modification - Personne physique - Profession libérale et assimilée ».
  • M2 agricole « Déclaration de modification d’une entreprise agricole - Personne morale »
  • P2 agricole « Déclaration de modification d’une entreprise agricole - Personne physique »

À NOTER

En cas de divorce, l'ex-conjoint garde son statut d'associé.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.