Quels sont les droits d’un aidant familial ?

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Agriculteur | Artisan-Commerçant | Auto-entrepreneur | Dirigeant non-salarié | Dirigeant salarié | Etudiant | Fonctionnaire | Libéral | Retraité | Salarié | Sans activité

Le proche aidant ou aidant familial sont les personnes qui viennent en aide à une personne dépendante et/ou handicapée faisant partie de leur entourage ou que la personne a choisie.

Les aidants disposent de droits tels qu’un droit au répit, droits à l’affiliation gratuite à l’assurance vieillesse du régime général, un droit à la formation, un congé de solidarité familiale, un droit à rémunération ou à dédommagement…

Droit au repos

Droit au répit

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement a instauré en 2016 un droit au répit, intégré à l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), pour permettre aux proches aidants de prendre du repos.

L’accueil de la personne aidée dans un accueil de jour ou un hébergement temporaire peut être financé jusqu’à hauteur de 500 € par an au-delà des plafonds de l’APA.

Congé de solidarité familiale

Le congé de solidarité familiale intervient lorsque la personne aidée est en fin de vie ou que son pronostic vital est en jeu. Il s’agit d’un congé sans solde d’une durée maximum de 3 mois renouvelable une fois. Le maintien de l’emploi du proche aidant est assuré.

Aidant familial et retraite

L’aidant familial peut bénéficier d’un droit à l’affiliation gratuite à l’assurance vieillesse du régime général s’il a à charge un adulte handicapé ou malade qui est reconnu par la CDAPH comme devant bénéficier d’une assistance permanente.

Les personnes, ayant interrompu leur activité professionnelle pour s’occuper d’une personne handicapée en tant que proche aidant, peuvent bénéficier d’une retraite à taux plein à 65 ans au lieu de 67 ans.

Proche aidant et la rémunération

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement reconnaît l’action du proche aidant en tant que personne qui vient en aide de manière régulière, à titre non professionnel, pour accomplir une partie ou la totalité des actes de la vie quotidienne d'une personne âgée en perte d’autonomie.

Cependant, le proche aidant peut choisir d’opter pour un statut de salarié auquel cas il perçoit une rémunération. Cependant, il ne peut être :

  • Son conjoint
  • Son concubin

Son partenaire pacsé

Avantages fiscaux des aidants familiaux

Les aidants familiaux ou proches aidants participent souvent financièrement au maintien à domicile de la personne en perte d’autonomie. Ils peuvent bénéficier d’avantages fiscaux :

  • Un crédit d’impôt à 50 % pour l’emploi d’un salarié à domicile ou d’un prestataire de services à la personne
  • Une déduction forfaitaire pour l’accueil d’une personne âgée de plus de 75 ans
  • Un crédit d’impôt de 25 % pour l’installation d’équipements de sécurité, d’accessibilité ou sanitaire dans l’habitation principale du proche dépendant

Droit à la formation

Le proche aidant peut bénéficier d’un apprentissage dispensé par un professionnel de santé si la personne aidée a besoin de soins qu’il n’est pas en mesure de réaliser. Ces formations concernent différents domaines :

  • Gestes de premiers secours
  • Gestes du quotidien
  • Accompagnement psychologique
  • Psychomotricité
  • Soins corporels…

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.