Quels sont les avantages fiscaux et sociaux de l'abondement de l'employeur ?

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Agriculteur | Artisan-Commerçant | Dirigeant non-salarié | Dirigeant salarié | Libéral | Salarié

L’abondement de l'entreprise à un plan d'épargne salariale vient compléter les versements effectués par les titulaires des plans d'épargne salariale. Ce versement bénéfice d'un traitement fiscal et social attractif à condition de respecter les plafonds autorisés.
En tenant compte du blocage des sommes placées dans les plans, l'abondement augmente la rémunération des bénéficiaires de plans d'épargne salariale à budget égal pour l'entreprise.

Plafonnement global de l’abondement

Chaque année, les versements complémentaires de l’employeur sont limités au triple des versements (300 %) des bénéficiaires du plan dans une limite équivalente à :

L’atout social et fiscal de l’abondement

Grâce à ses avantages fiscaux et sociaux, l’abondement optimise les coûts et les rémunérations dans l’entreprise. Il permet aux bénéficiaires des plans d’épargne salariale de percevoir des sommes non imposables et exonérées de charges sociales.

Traitement social

L’abondement de l’employeur versé dans les plans d’épargne salariale est exonéré de cotisations sociales tant patronales que salariales et des prélèvements et participations liés aux salaires.

En revanche, l’abondement est pour l’employeur :

Les bénéficiaires de l’abondement sont de leur côté soumis à la CSG (9,2 %) et à la CRDS (0,50 %). Ces deux contributions sont précomptées par l’employeur.

Traitement fiscal

Les sommes versées au titre de l’abondement dans le respect des plafonds maximums sont :

  • Déductibles du bénéfice imposable pour l’entreprise.
  • Exonérées d’impôt sur le revenu pour le bénéficiaire

Les droits issus d’un Compte épargne temps sont soumis à un régime spécial.

Prime salariale ou abondement : quelle solution choisir ?

L’abondement permet, à cout égal pour l’entreprise, d’augmenter la rémunération des bénéficiaires d’un Plan d’épargne salariale.

Exemple :

Un salarié verse 500 € dans son plan d’épargne entreprise (PEE).
L’entreprise abonde à hauteur de 300 % de ces versements.

Les résultats sont les suivants :

Prime salariale

Abondement à 300 % des versements

Prime versée

1 200 €

Montant abondement versé

1 500 €

Charges patronales (50 %)

600 €

Forfait social (hypothèse 20 %)

300 €

Coût pour l’entreprise

1 800 €

Coût pour l’entreprise

1 800 €

Prime brute perçue

1 200 €

Abondement versé dans un PEE ou PERCO

1 500 €

Cotisations sociales (20 %)

240 €

CSG + CRDS au taux de 9,2 %

110,40 €

CSG + CRDS au taux de 9,2 %

138 €

Prime nette

849.60€

Abondement net

1 362 €

Montant imposable

884.40 €

0

Impôt sur le revenu à la tranche marginale de 30 %

265,32 €

0

Prime nette : 584,28 €

Montant net versé dans le PEE

1 362 €

Disponibilité immédiate

Placement bloqué 5 ans


r

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.