Mes garanties de prévoyance sont-elles maintenues en cas de chômage ?

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Dirigeant non-salarié | Dirigeant salarié | Salarié | Sans activité

En cas de cessation du contrat de travail ouvrant droit à prise en charge par l’assurance chômage, l’ancien  salarié bénéficie, sous certaines conditions de durée, du maintien à titre gratuit de la couverture prévoyance et santé mise en place dans l’entreprise qu’il a quittée.

On nomme ce dispositif la portabilité des droits.

Portabilité des droits en prévoyance : quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Pour pouvoir bénéficier de la portabilité des droits, c’est-à-dire du maintien à titre gratuit de son régime de prévoyance pendant une certaine durée ne pouvant excéder 12 mois, l’ex salarié doit remplir les conditions suivantes :

  • Bénéficier des allocations chômages de Pôle Emploi ;
  • Ne pas avoir été licencié pour faute lourde ;
  • Avoir ouvert ses droits lorsqu’il était dans l’entreprise, c’est-à-dire ne pas avoir bénéficié d’une dispense d’adhésion au régime obligatoire de prévoyance mis en place dans l’entreprise ou avoir atteint, avant la rupture de son contrat, l’éventuelle durée d’ancienneté nécessaire pour bénéficier du régime de prévoyance complémentaire

Portabilité de la prévoyance en entreprise : le principe

La portabilité des garanties de prévoyance en entreprise est un dispositif qui permet aux anciens salariés de conserver gratuitement les couvertures de prévoyance dont ils bénéficiaient dans leur ancienne entreprise pendant une durée maximale de 12 mois.

La portabilité des droits ne concerne que le régime de prévoyance du dernier employeur. Elle joue seulement en cas de rupture du contrat de travail, non consécutif à une faute lourde, et donnant lieu à une prise en charge par Pôle emploi.

Cette prise en charge sera possible notamment dans les principaux cas suivants :

  • Licenciement individuel, quelle qu’en soit la cause, hormis la faute lourde
  • Licenciement économique
  • Rupture conventionnelle
  • Démission reconnue légitime par l’assurance chômage(exemple, suite à mutation du conjoint),
  • Fin de Contrat à Durée Déterminée ouvrant droit à prise en charge par Pôle Emploi

Le bénéfice du maintien des garanties est subordonné à la condition que le salarié ait adhéré au contrat collectif de prévoyance de l’entreprise avant la rupture de son contrat de travail.

Quelle est la durée de la portabilité en prévoyance d’entreprise ?

La portabilité en prévoyance est ouverte à compter de la date de cessation du contrat de travail. Elle est due à compter de cette date, à condition que l’ancien salarié ait droit à la prise en charge par le régime d’assurance chômage, même si le versement des allocations chômage est différé.
La portabilité s’arrête lorsque la prise en charge par Pôle Emploi cesse.

Les garanties de prévoyance sont maintenues pendant une durée égale à celle du dernier contrat de travail ou, le cas échéant, des derniers contrats de travail lorsqu’ils sont consécutifs chez le même employeur.

Exemple :

Deux contrats à durée déterminée de trois mois chacun chez le même employeur, sans rupture entre les deux, ouvrent droit à une portabilité de six mois.

Cette durée est appréciée en mois, le cas échéant arrondie au nombre supérieur.

Un contrat de travail d’un mois et demi ouvre droit à deux mois de portabilité.

La durée maximale est de douze mois.

Quelles sont les garanties de prévoyance en entreprise qui sont maintenues ?

Les garanties maintenues au bénéfice de l’ancien salarié sont celles en vigueur dans l’entreprise, au profit de la catégorie de salariés à laquelle il appartenait.

Ainsi, toute modification du régime de prévoyance qui intervient après le départ du salarié (modification des couvertures, changement d’organisme assureur) lui sera applicable.

En cas d'accident ou maladie, le maintien des garanties ne peut conduire l’ancien salarié à percevoir des indemnités d’un montant supérieur à celui des allocations chômage qu’il aurait perçues au titre de la même période.

En pratique, l’ancien salarié déclaré en incapacité ou invalidité pendant la période de portabilité devra transmettre à l’organisme assureur le justificatif des allocations chômage et les justificatifs de prestations versées par la Sécurité sociale pour qu’il lui verse le complément.

Attention : en cas d’arrêt de travail, le maintien des garanties en prévoyance ne peut conduire l'ancien salarié à percevoir des indemnités d'un montant supérieur à celui des allocations chômage qu'il aurait perçues au titre de la même période.

La portabilité en prévoyance est-elle gratuite ?

Le financement de la portabilité des droits en prévoyance d’entreprise s’effectue par un système de mutualisation. Son coût est intégré dans la cotisation globale versée par l’employeur et les salariés à l’organisme assureur.

Le maintien des droits est gratuit pour l’ancien salarié. Celui-ci n’a pas de cotisation à acquitter après la cessation du contrat de travail et jusqu’à la fin des droits à portabilité.

Portabilité en prévoyance : quelles sont les obligations des parties ?

Les différentes parties en présence, employeur, ex-salarié et organisme assureur ont chacune des obligations.

Portabilité des droits et obligation de l’employeur

L’employeur doit signaler le maintien des garanties prévoyance dans le certificat de travail remis à l’ancien salarié et informer l’organisme assureur de la cessation du contrat de travail.

Il est aussi tenu d’informer les anciens salariés bénéficiaires de la portabilité des modifications intervenues sur le régime de prévoyance pendant la période de maintien (par la remise d’une note d’information). Enfin, l’employeur doit organiser le transfert des anciens salariés bénéficiant du maintien des garanties de prévoyance en cas de changement d’organismes assureurs.

Portabilité des droits et obligations de l’ancien salarié

L’ancien salarié doit adresser à l’organisme assureur les justificatifs de Pôle emploi, à l’ouverture et au cours de la période de maintien des garanties prévoyance.

Il est tenu aussi d’informer l'organisme assureur de tout changement dans sa situation qui justifie la cessation de la portabilité des droits (comme par exemple la fin de la prise en charge des allocations chômage).

Portabilité en prévoyance d’entreprise : que se passe-il en cas de liquidation judiciaire ?

Certaines cours d’appel estiment qu’il s’agit d’un cas de suppression du maintien des garanties de prévoyance à titre gratuit tandis que d’autres jugent que le dispositif de portabilité doit être maintenu.

Dans un avis du 6 novembre 2017, la Cour de Cassation a indiqué que les dispositions de la portabilité sont applicables aux anciens salariés remplissant les conditions et licenciés d’un employeur placé en liquidation judiciaire. Toutefois, le maintien des droits implique que le contrat d’assurance liant l’employeur à l’organisme assureur ne soit pas résilié.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.