Faut-il conserver le statut d’indépendant dans une holding ?

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Artisan-Commerçant | Dirigeant non-salarié | Dirigeant salarié | Libéral | Salarié

Le chef d’entreprise peut vouloir conserver le statut social de travailleur indépendant tout en structurant ses actifs professionnels au travers d’une holding. Ce sera le cas notamment lorsque ses activités sont réparties entre plusieurs sociétés. Cette stratégie doit être bien mesurée avec un professionnel au regard des objectifs recherchés par les dirigeants.

Pourquoi conserver le statut d'indépendant sur un plan social ?

Les chefs d’entreprise peuvent trouver un intérêt à privilégier le statut social de travailleur indépendant par rapport à celui de salarié, notamment au niveau du montant des charges sociales.
Les cotisations sociales du dirigeant non-salarié (comme le gérant majoritaire de SARL) sont globalement moins élevées que celles du dirigeant salarié (comme le président de SAS).

Exemple :

A revenu net équivalent de 100 000 €, le niveau des charges sociales obligatoires s’établira aux environ de 40 000 euros dans le régime des indépendants contre 68 000 € dans celui des salariés (dont 45 000 € pour l’employeur et 23 000 € pour le salarié).

La protection sociale du dirigeant non-salarié sera moins étendue que celle du dirigeant salarié, principalement dans les domaines de la retraite.
Mais en contrepartie de ce différentiel de charges, le dirigeant non-salarié aura plus de marge de manœuvre pour compléter sa protection sociale. Il pourra notamment se constituer une retraite personnelle par capitalisation (et non en répartition), en utilisant en priorité les avantages du contrat Madelin.

Bien étudier le statut d'indépendant par rapport à celui de dirigeant salarié cadre peut avoir un sens avec la fusion programmée en 2019 des régimes de retraite complémentaire AGIRC (réservé aux cadres) et ARRCO.

Reste la question des dividendes. Ces derniers seront soumis :

Seul un audit et des simulations comparées statut de TNS/statut de salarié établi à partir de la seule situation de l’entrepreneur peuvent permettre de valider la stratégie de conserver ou non le statut social de travailleur indépendant.

Comment conserver le statut social de travailleur indépendant dans la holding ?

Pour permettre de conserver le statut social de travailleur indépendant, un chef d’entreprise peut par exemple constituer une société soumise à l’impôt sur les sociétés, souvent une SARL, qui prendra possession des parts d’une ou de plusieurs autres sociétés, des SAS par exemple.

Grace au régime mère fille, la Holding SARL sera quasi exonérée d’impôt en cas de rémunération sous forme de dividendes.
La SARL pourra aussi percevoir des revenus par le biais d’une convention de services. Cette solution réclame la plus grande attention et l’intervention d’un spécialiste, la holding ne devant pas être une coquille vide mais bien exercer une activité (holding animatrice).

Avec cette construction, le dirigeant de la Holding conserve son statut de travailleur indépendant et paiera des charges sociales au régime des non-salariés sur sa rémunération de type article 62 du Code général des impôts (assimilation au régime salarié). Il pourra aussi souscrire un contrat Madelin pour sa retraite, sa prévoyance, ses couvertures santé et sa perte d’emploi.

En cas de distribution de dividendes, le dirigeant TNS devra acquitter les cotisations sociales sauf si les montants distribués sont inférieurs à 10 % des capitaux propres. D’où l’intérêt, si c’est possible, de constituer la holding avec un capital de départ important.

L’administration veille à la qualité des montages des sociétés holding. Encore une fois, seul un expert – expert-comptable, notaire, avocat ou ingénieur patrimonial – peut valider ce schéma pour éviter tout redressement fiscal et social.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.