Assurance-vie : quels sont les placements financiers ?

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Agriculteur | Artisan-Commerçant | Micro-entrepreneur | Travailleur indépendant | Assimilé salarié | Etudiant | Fonctionnaire | Libéral | Retraité | Salarié | Sans activité

Les contrats d’assurance-vie présentent des avantages fiscaux et des facilités de gestion qui alimentent l’offre financière des contrats multisupport. On peut classer les supports en deux grandes classes : les fonds en euros et les unités de comptes.

Choisir la répartition des fonds sur les supports proposés par le contrat est devenu plus complexe et nécessite souvent une bonne connaissance financière ou l’assistance d’un professionnel.

À NOTER

La loi PACTE prévoit un dispositif incitatif de transfert des fonds placés sur une assurance-vie vers les nouveaux plans d’épargne retraite (PER).

Cette possibilité sera ouverte jusqu’au 1 janvier 2023, pour les contrats de plus de 8 ans et pour les adhérents à plus de 5 ans de l’âge légal de la retraite.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre nouvelle rubrique Plan d’épargne retraite – Loi Pacte

Assurance-vie : les fonds en euros

Largement plébiscité par les épargnants en raison de la garantie de capital qu’ils offrent, les fonds euros constituent l’essentiel de la collecte opérée sur les contrats d’assurance-vie. Les intérêts acquis au terme de l’année civile bénéficient d’un effet « cliquet », c’est-à-dire qu’une fois inscrits en compte, ils sont définitivement acquis et se transforment eux-mêmes en capital garanti sur lequel seront calculés les intérêts de l’année suivante. Les fonds euros offrent également une grande liquidité permettant d’effectuer des rachats à tout moment.

À NOTER

Cette liquidité pourrait être limitée en cas de crise financière grave. Les rachats seraient alors différés de quelques mois (loi Sapin 2).

Depuis quelques années, afin de faire face à la baisse de rentabilité des fonds en euros, de nouvelles catégories de fonds en euros ont vu le jour.

Les fonds en euros classiques

Principalement investis sur des obligations, les fonds en euros proposent des rentabilités souvent faibles. On peut distinguer deux types de fonds en euros. Les fonds en euros composés de l’actif général de la compagnie et les fonds euros dits « cantonnés » :

  • Les premiers comprennent l’ensemble des primes collectées au titre des contrats d’assurance-vie et offrent de fait une plus grande sécurité en contrepartie d’une rentabilité souvent plus faible.
  • Les seconds sont composés uniquement des primes versées par les adhérents d’un même contrat. Ils permettent alors une plus grande transparence de gestion.

Nouveaux fonds en euros

À côté des fonds en euros « classiques », les assureurs proposent de nouveaux fonds en euros dont l’objectif est d’offrir un meilleur rendement aux assurés. Au nombre de ces supports, on retrouve :

  • Le support euro-croissance dont l’objectif présenté par ses promoteurs est d’être un « troisième pilier entre les fonds en euros et les unités de compte », en offrant au souscripteur ou à l’adhérent une rentabilité supérieure à celle des fonds en euros et une garantie en capital sous réserve qu’il y maintienne son épargne pendant 8 ans au moins à compter de la date du premier versement. Cette garantie à terme permet à l’assureur d’investir en partie sur des actifs diversifiés dynamiques de type actions par exemple.
  • Les fonds euros à dominantes immobilières, largement investis par la compagnie en immobilier collectifs via des Société civile en placement immobilier (SCPI) ou des Organismes de placement collectif immobilier (OPCI), ces fonds sont généralement limités en termes d’enveloppes et peuvent imposer une pénalité en cas de sortie avant une durée minimum imposée

À NOTER

La loi PACTE prévoit un nouveau dispositif euro-croissance dans lequel la rente ou le capital garantis sont exprimés en parts de diversification avant l’échéance et en euros à l’échéance.
Elle prévoit également que la conversion des anciens contrats vers les nouveaux contrats euro-croissance n’entraîne pas les conséquences fiscales d’un dénouement.

Assurance-vie : les unités de compte (UC)

Les unités de compte, appelées « UC », regroupent tous les autres supports financiers accessibles sur le contrat d’assurance-vie qui ne sont pas des fonds en euro. Ces supports peuvent être des :

  • Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM)
  • Trackers (ETF)
  • Titres vifs (actions de sociétés cotées)
  • Supports immobiliers de type SCPI, SCI ou OPCI

La valeur des unités de comptes varie en fonction des marchés. Ces supports n’offrent aucune garantie, ni de rendement, ni de capital.

Comment choisir entre fonds en euros et unités de compte ?

Le choix des unités de compte, selon les objectifs, requiert une réelle expertise. Au-delà des connaissances nécessaires pour juger de la pertinence d’un support, il est primordial de déterminer la tolérance aux risques du souscripteur. Viser une forte rentabilité implique une prise de risque importante et donc une perte potentielle en capital.

Si le souscripteur opte pour une gestion libre : le choix des supports lui appartiendra. Avant d’investir sur un support en unités de compte, il devra prendre connaissance des documents réglementaires (prospectus, notice, statuts ou règlement) en vigueur.

La plupart des professionnels de l’assurance-vie proposent une gestion dite « conseillée » qui consiste à orienter le choix des supports en fonction des opportunités de marché, des objectifs et de la tolérance aux risques de perte. Le choix final de réaliser ou non l’opération appartenant au souscripteur.

Enfin, la gestion sous mandat permet à l’épargnant de déléguer totalement la gestion de son contrat. L’allocation de départ, celles des versements complémentaires éventuels et les arbitrages sont réalisés par le professionnel titulaire du mandat de gestion qui accomplit toutes les opérations nécessaires à l’atteinte des objectifs fixés par son client. Ce dernier pourra imposer d’autres critères de gestion à son mandataire comme par exemple le fait d’investir uniquement dans des fonds éthiques.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.