Arrêt du tabac : quelle prise en charge de l'Assurance maladie ?

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Agriculteur | Artisan-Commerçant | Assimilé salarié | Etudiant | Fonctionnaire | Libéral | Micro-entrepreneur | Retraité | Salarié | Sans activité | Travailleur indépendant

L’Assurance maladie met en place des programmes de prévention santé. Parmi eux, une prévention en faveur de l’arrêt du tabac.

Le tabagisme peut être responsable de maladies chroniques et potentiellement mortelles (cancer du poumon, etc.).

Pour encourager le sevrage tabagique, la Sécurité sociale assure une prise en charge des traitements par substituts nicotiniques sur prescription médicale.

Qu'est-ce que le tabagisme ?

Le tabagisme se caractérise par une consommation de produits contenant du tabac. Fumer entraîne une dépendance, notamment à cause des effets la nicotine qu’il contient.

Consommer du tabac impacte négativement la qualité de vie. Ainsi, la cigarette peut causer des maladies mortelles telles que le cancer du poumon ou le cancer des voies aérodigestives supérieures (bouche, pharynx, etc.).

On distingue 2 types de tabagisme :

  • Le tabagisme actif : consommation volontaire de tabac
  • Le tabagisme passif : inhalation involontaire de fumée de tabac

Quel accompagnement de la Sécurité sociale dans le cadre du sevrage tabagique ?

L'Assurance maladie offre un accompagnement à ses assurés en faveur de l'arrêt du tabac.

Depuis le 1er janvier 2019, les substituts nicotiniques sont remboursés à 65 % par l'Assurance maladie. Le ticket modérateur peut être pris en charge par une complémentaire santé.

Auparavant, le remboursement était soumis à un plafond annuel de 150 € par an. Depuis le début de l'année 2019, une simplification a été opérée et le remboursement n'est plus soumis au plafond. Les pharmacies peuvent désormais pratiquer la dispense d'avance de frais pour ces produits.

Une prise en charge sous conditions

Pour être remboursés, les substituts nicotiniques doivent impérativement faire l’objet d’une prescription médicale consacrée exclusivement à ces produits.

En outre, ils doivent figurer sur la liste des substituts nicotiniques pris en charge à l’Assurance maladie.

Qui peut prescrire les substituts nicotiniques ?

Les professionnels de santé suivants peuvent prescrire des substituts nicotiniques :

  • Le médecin traitant
  • La sage-femme (prescription possible à l’entourage de la femme enceinte)
  • Le médecin du travail
  • Le chirurgien-dentiste
  • L’infirmier
  • Le masseur-kinésithérapeute

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.