Le ciel peut-il encore attendre un peu mon Homme clé ?

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Artisan-Commerçant | Dirigeant non-salarié | Dirigeant salarié | Libéral

« Il n’est de richesse que d’hommes » Jean, directeur d’une société de design avait souri à la sentence employée par son conseiller en assurance. Tout cela pour lui vendre son fameux contrat Homme clé.

Ce midi, il en rit encore à table en racontant le coup de l’Homme clé à son ami Paul, lui aussi chef d’entreprise.

Mais Paul bizarrement reste sérieux. « Tu as tort de prendre ce conseil à la légère Jean. Heureusement que j’avais un contrat Homme clé, lorsque ma directrice commerciale export a eu un accident ».

Un seul collaborateur vous manque

Cet évènement avait particulièrement éprouvé Paul. Il y a 6 mois, sa responsable des ventes export venait d’être hospitalisée dans un état suffisamment grave pour que son pronostic vital soit engagé.

Paul avait contacté l’assureur de son entreprise pour savoir si des garanties d’assurances avaient été souscrites et pour quel usage. Tout était en ordre, heureusement, pour la famille de sa collaboratrice : indemnités journalières, rente invalidité. Et si par malheur le pire arrivait un capital décès et des rentes conjoints et éducation étaient prévus.

Attristé par la situation, Paul a dû revenir à la gestion de son entreprise. Sa directrice export assure avec son carnet d’adresse au moins 25 % du chiffre d’affaires de la boite. Sans elle, cela va vite devenir difficile pour assurer le développement. « Les employés sont déjà choqués, il ne manquerait plus que je sois obligé de prendre des mesures de chômage partiel voire pire », pense Paul.

Et l’entreprise peut vaciller

Il en parle à Catherine, son assistante. Cette dernière lui rappelle que son assureur lui a fait souscrire un contrat Homme clé spécialement conçu pour ce type de situation. Catherine lui ressort le contrat. Celui-ci prévoyait, moyennant une prime déductible des charges d’exploitation, que l’entreprise serait bénéficiaire d’une indemnité journalière en cas d’indisponibilité consécutive à une maladie et un accident de « l’Homme clé » assuré. Cette indemnité correspond au revenu que l’entreprise devrait verser à un remplaçant susceptible d’assurer la relève. Ce budget fut bien utile, car ce remplaçant mit environ 4 mois à être productif et 10 mois pour assurer le même niveau de chiffre d’affaire que son prédécesseur.

Malheureusement, la directrice export assurée est décédée des suites de son accident.

« La 2ème garantie prévue a joué », continue Paul, « un capital décès d’un montant de de 200 000 € a été versé à l’entreprise, ce qui lui a permis de se stabiliser et de conserver tout le personnel ».

« Elle n’est pas drôle ton histoire », dit Jean. « Mais tu as raison, il serait bon que j’étudie cette hypothèse avec mon assureur car moi aussi j’ai dans l’entreprise des personnes importantes. Mais je refuse de m’assurer pour moi-même. J’ai déjà tout ce qu’il faut ».

« Encore une fois, tu as tort », lui répond Paul. Avant cette histoire, moi aussi je me suis dit que je n’ai pas le droit d’être malade ou après-moi le déluge. Mais je ne m’étais pas interrogé sur les conséquences de mon absence ou de ma disparition pour l’entreprise et les salariés ». Jean commence à se poser des questions :

  • S’il était en incapacité de travailler, suite à un accident ou à une maladie, qui assurerait à sa place sa productivité ?
  • Comment les charges en cours seraient-elles payées, sans sa contribution à la réalisation du chiffre d’affaire ?
  • Que deviendrait le fruit de son travail ?
  • Quelle valeur serait finalement transmise à ses héritiers ?

Jean sort du restaurant et demande vite un rendez-vous chez son assureur. « Finalement, je me sens bien être un Homme clé », lui dit-il.

Morale de l'histoire

L'HOMME CLÉ NON ASSURÉ PEUT METTRE L'ENTREPRISE EN DANGER

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.