J’ai oublié de payer ma prime dépendance

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Agriculteur | Artisan-Commerçant | Auto-entrepreneur | Dirigeant non-salarié | Dirigeant salarié | Etudiant | Fonctionnaire | Libéral | Retraité | Salarié | Sans activité

Retraitée, âgée de 70 ans, Maryse a souscrit un contrat de dépendance individuel 5 ans plus tôt sur les conseils, ou pour être plus exact sur l’insistance, de sa fille Hélène qui n’a eu de cesse de lui vanter l’intérêt de disposer d’un complément de revenu, en cas de perte d’autonomie.

« Dans la région, une maison de retraite médicalisée avec de bonnes prestations coûte de l’ordre de 1 800 euros pas mois. Tes pensions de retraite de 1 500 euros environ seraient englouties ainsi que tes économies », ne cessait-elle de lui répéter. Son frère Marc, n’était pas de cet avis. Il pensait que cette assurance serait inutile et que leur mère avait mieux à faire avec l’argent dépensé dans les primes d’assurance.

Non-paiement des primes d'assurances

Les années passent et Maryse progressivement perd la mémoire. Rien de sérieux néanmoins pour ses actes de la vie quotidienne. Sa fille Hélène est partie en mission de deux ans au Canada. Avec son fils, elle procède à plusieurs arrangements et notamment à un changement d’établissement bancaire pour regrouper tous ses comptes en un même lieu. Il faut prévenir tous les organismes opérant un prélèvement automatique. Maryse et Marc s’attèlent à la tâche, mais oublient l’assureur du contrat de dépendance.

6 mois plus-tard, Maryse reçoit une lettre recommandée de l’assureur, l’informant que son prélèvement annuel a été rejeté plusieurs fois et que sa prime d’assurance dépendance demeure impayée. L’assureur lui rappelle que, pour son contrat :

  • Le non-paiement entrainera la résiliation des garanties dans la mesure où moins de 8 années de primes ont été payées.
  • Les garanties prendront fin 40 jours après l’envoi de la présente lettre recommandée de mise en demeure, si la prime demeurait impayée à cette échéance

Maryse ne tient pas trop compte de cette lettre de relance. D’ailleurs, elle ne se souvient plus très bien de quoi il s’agit. Elle la laisse de côté sans trop avoir conscience de son importance. En passant un soir, Marc découvre le courrier mais ne se pose pas trop de questions. De toute façon, il n’a jamais été convaincu par cette assurance dépendance. Marc n’est pas très familiarisé avec les assurances et ne prend pas très au sérieux la teneur de la lettre recommandée.

Résiliation des garanties

6 mois supplémentaires s’écoulent, Hélène, la fille de Maryse est rentrée du Canada. Maryse est au plus mal. La maladie d’Alzheimer est diagnostiquée. Les deux enfants sont désemparés, ils n’habitent pas à proximité de chez leur mère. Ils doivent s’en remettre à un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) dans l’urgence. Le budget est d’environ 2 000 euros par mois.

« Heureusement qu’il y a l’assurance dépendance pour la compensation du reste à charge », pense Hélène. 

Malheureusement, il n’y aura rien !

40 jours après l'envoi de la lettre recommandée, le contrat a bien été résilié. Comme celui-ci avait moins de 8 ans, toutes les garanties sont tombées. Au-delà de 8 ans, il aurait pu être mis en réduction, c’est-à-dire donner des prestations moindres que celles prévues au contrat…ce qui aurait été un moindre mal.

Hélène dépitée raconte sa mésaventure à son amie Alix dont le père est lui aussi atteint de la maladie d’Alzheimer. « De mon côté, je n’ai pas eu de problème car mon père était bénéficiaire d’une garantie dépendance collective souscrite par son entreprise au profit de ses salariés. Le contrat lui offrait une couverture acquise à vie, y compris en cas de départ à la retraite », lui explique Alix.

« Pas mal les contrats de dépendance en entreprise » se dit Hélène.

Morale de l'histoire

POUR CONTINUER D’ÊTRE ASSURÉ, IL FAUT SUIVRE DE PRÈS LES RAPPELS PAR LETTRE RECOMMANDÉE

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.