Huguette cherche ses justificatifs de retraite

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Dirigeant salarié | Retraité | Salarié

Pour Huguette, c’est enfin l’heure de la retraite ! Cadre dans une PME, elle a débuté sa carrière il y a 42 ans en tant que secrétaire comptable.

Huguette a fêté ses 62 ans le 15 Août dernier. Elle sait qu’elle détient le nombre de trimestres suffisants pour bénéficier de sa retraite à taux plein. Mais il reste à le prouver en rassemblant tous les justificatifs. Et c’est bien là qu’Huguette ressent quelques appréhensions.

L’impossible reconstitution de carrière

Irréprochable pour ses employeurs dans la tenue de leur comptabilité, Huguette n’a jamais été très ordonnée pour elle-même. Son conjoint ne perdait jamais une occasion de lui rappeler de mieux organiser et classer ses papiers. Elle doit bien admettre qu’il avait bien raison !

De la cave au grenier, elle cherche, fouille, renverse les cartons et sort les tiroirs. Les 6 déménagements et le dégât des eaux dans sa cave en 2003 lui compliquent la tâche. De plus, 2 des 6 entreprises dans lesquelles elle a travaillé ont fermé leurs portes depuis longtemps.

Huguette n’arrive pas à retrouver la totalité de ses bulletins de salaire. Quant à ses relevés de points de retraite complémentaire AGIRC-ARRCO, elle est loin de tout comprendre. A quoi correspond cette baisse du nombre de points, notamment à partir de 1999 ?

Soudain elle prend peur. Elle se doute que sa pension ne sera pas astronomique. Elle sait aussi qu’il lui sera difficile de récupérer ses droits une fois le processus lancé. La machine administrative n’aime pas les dossiers mal montés, elle est bien placée pour le savoir avec son métier.

Désemparée Huguette tape le mot « RETRAITE » sur internet et se retrouve face à une liste astronomique d’adresses. Elle appelle alors une amie qui lui recommande de se rendre au « CICAS » près de son domicile. Huguette n’a jamais entendu parler de ce Centre d’information conseil et accueil des salariés missionné pour représenter le régime complémentaire de l'AGIRC-ARRCO.

Sauvée par le CICAS

Le lendemain, Huguette appelle donc le CICAS. Son interlocuteur, conseiller retraite, ouvre un dossier d'évaluation et de liquidation de ses droits à retraite complémentaire. Il lui fixe ensuite un rendez-vous en lui demandant de se présenter avec une liste de documents qu’il lui adresse par courrier.

Lors de l’entretien, elle constate, qu’elle peut également traiter du sujet de sa retraite de base de la Sécurité sociale. L’accueil est organisé conjointement pour favoriser une prise en compte globale des droits et permettre la constitution des divers dossiers de retraite.
Son interlocuteur étudie le dossier et l’aide à retrouver l’ensemble des éléments justificatifs nécessaires à la liquidation de ses pensions. Les demandes de droits sont émises automatiquement vers les institutions de retraite AGIRC-ARRCO concernées. Pour sa retraite de base, Huguette devra réaliser une démarche supplémentaire dissociée auprès de la CNAVTS.

Huguette retrouve et découvre son EIG

Le CICAS a rempli sa mission jusqu'à la fin de la constitution du dossier d’Huguette, pour passer le relais et permettre à l'institution de retraite compétente d’instruire et de finaliser la demande.

Désormais à la retraite, Huguette se donne comme objectif de faire un sérieux rangement dans ses papiers. Elle fait alors une découverte qui lui aurait fait gagner beaucoup de temps et de sérénité : son EIG - Estimation Indicative Globale - que lui avait adressé le GIP en 2009 !

Huguette pourra faire cette recommandation autour d’elle :

« Soyez attentif à ce courrier adressé par le Groupement d’Intérêt Public. Tous les 5 ans à partir de 55 ans, il  donne à tous les assurés, une reconstitution de carrière, droits chiffrés ou non, selon l’âge, sur toutes des caisses de retraite, de bases et complémentaires. Chaque personne concernée peut donc ainsi suivre l’évolution de ses droits et faire apporter des corrections si nécessaire ».

Morale de l'histoire

QUI RANGE SES PAPIERS PRÉPARE SA RETRAITE AVEC SÉRÉNITÉ

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.