L’assurance vie entière : être protégé le plus longtemps possible

MIS À JOUR LE :
CONCERNE : Agriculteur | Artisan-Commerçant | Auto-entrepreneur | Dirigeant non-salarié | Dirigeant salarié | Fonctionnaire | Libéral | Retraité | Salarié | Sans activité
L’assurance vie entière : être protégé le plus longtemps possible

Souscrire un contrat d’assurance en cas de décès vie entière permet, comme son nom l’indique, de conserver une couverture de prévoyance tout au long de sa vie.

À mi-chemin entre l’assurance vie-épargne et l’assurance temporaire décès, cette solution encore peu connue, a pour vocation première de protéger le cercle familial. La mobilité professionnelle et l’augmentation de l’espérance de vie, font de la vie entière un contrat moderne.

Celui-ci permet de mettre à l’abri le conjoint et les enfants en cas de coup dur, de conserver une couverture décès au moment du départ en retraite ou encore, de permettre de garantir un emprunt à tout âge. Autre avantage : les sommes investies sur un contrat vie entière ne sont pas versées à fonds perdus.

Définition et principe de fonctionnement

Le contrat d’assurance en cas de décès vie entière, dénommé plus communément vie entière, est un contrat d’assurance souscrit pour une durée indéterminée. Il garantit le versement d’un capital en cas de décès de l’assuré, quel que soit son âge, au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) ou en cas de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) (avant un certain âge).

Au moment de la souscription, l’assuré choisit le montant du capital à assurer et le mode de paiement des primes, parmi plusieurs options : prime unique, primes sur une durée déterminée (10, 15, 20 ans, …), ou prime viagère.

Une fois souscrite, et sous réserve d’acceptation médicale par l’assureur, la garantie vie entière, en cas de décès, est acquise par l’assuré pour le restant de ses jours, quelle que soit l’évolution de son état de santé. Il est donc intéressant de souscrire jeune, puisque les conditions tarifaires ne peuvent pas être modifiées pour l’assuré.

Vie entière, assurance vie ou temporaire décès ?

L’assurance vie entière doit être souscrite dans un objectif de prévoyance. Quelles sont alors ses différences avec les contrats d’assurance classique : l’assurance vie d’une part, et la temporaire décès, d’autre part ?

L’assurance vie classique est une opération d’épargne et non de prévoyance. L’assuré peut récupérer à tout moment le montant des sommes épargnées, augmentées des intérêts et des plus-values réalisées. En cas de décès de l’assuré, les montants versés au(x) bénéficiaire(s) désigné(s), ne pourront jamais dépasser le montant des capitaux épargnés.

L’assurance temporaire décès est une opération de prévoyance pure, qui garantit le versement d’un capital ou d’une rente en cas de décès de l’assuré, jusqu’à un certain âge fixé au contrat.
Au-delà de cette limite d’âge, le contrat prend fin même si l’assuré est encore en vie. Le contrat ne comporte pas de valeur de rachat, l’assuré ne peut pas récupérer ses cotisations, celles-ci sont versées à fonds perdus si le risque (en l’occurrence, le décès de l’assuré) n’a pas eu lieu lorsque le contrat était en vigueur. L’intérêt de la temporaire décès est de permettre de couvrir, à partir d’une prime relativement faible, un capital important.

L’assurance vie entière est avant tout une opération de prévoyance, mais qui comporte un volet de prévoyance. Les primes consacrées à l’épargne sont plus faibles que dans une assurance vie classique tout comme la revalorisation des sommes placées.

Les avantages et les inconvénients des formules peuvent se résumer de la façon suivante :

À prime égale

Montant du capital décès

Montant de l’épargne disponible (valeur de rachat du contrat)

Temporaire décès

Fort mais sur une certaine période seulement

Aucune (à fonds perdus)

Assurance vie classique

Faible : équivalent plus ou moins aux montants versés sur le contrat

Fort : équivalent plus ou moins aux montants versés sur le contrat

Vie entière

Fort (moins fort au début que sur une temporaire décès mais revalorisable et garanti à vie)

Faible (plus faible au début que sur un contrat d’assurance vie classique mais existante contrairement à une temporaire décès

Quelles sont les utilisations possibles de l’assurance vie entière ?

L’assurance vie entière n’est pas forcément adaptée à toutes les situations. Avant de souscrire, il est recommandé de se rapprocher d’un conseiller en prévoyance - retraite spécialisé sur ce type de produit.
Celui-ci réalisera un bilan patrimonial ou un bilan de prévoyance, qui fera ressortir les besoins de couverture en capital et en revenus complémentaires en cas de décès de l’assuré. Cette étape est essentielle pour déterminer le niveau des garanties de prévoyance à souscrire.

Pour autant, la pratique a identifié plusieurs cas de figure dans lesquels elle présente un intérêt : protéger la famille, rester assuré en prévoyance après le départ de l’entreprise, pouvoir emprunter à un âge avancé.

Vie entière : protéger sa famille

La protection de la famille est le principal objectif qui conduit à s’intéresser à l’assurance vie entière en vue de payer les droits de succession éventuels et laisser des moyens suffisants à la famille pour vivre décemment, et permettre le financement des études des enfants.
Le contrat peut avoir un intérêt pour protéger un enfant handicapé, avec la possibilité pour les parents si celui-ci disparaissait avant eux de récupérer une partie des sommes versées.
Le contrat peut aussi assurer la protection d’un conjoint non marié, qui n’aura pas droit à la pension de réversion.

D’une manière générale, le contrat vie entière est un outil de transmission de patrimoine.

Vie entière : une prévoyance au moment de la retraite

Le contrat vie entière permet de maintenir la couverture décès après le départ en retraite. Il prend alors le relais des couvertures professionnelles (en entreprise par exemple), qui disparaissent dans la très grande majorité des cas.
Dans bien des situations, l’assuré qui veut souscrire une assurance décès bute sur le montant des cotisations à payer car, plus on avance en âge et plus les primes sont élevées.

La vie entière, qui fixe le montant des primes au moment de la souscription, évite cet écueil, sans compter que certains assureurs refusent de garantir des particuliers après un certain âge pour des raisons médicales.

Vie entière : assurer un emprunt à tout âge

De plus en plus de retraités souhaitent investir dans l’immobilier à l’aide d’un emprunt. Or, à partir d’un certain âge, souscrire une assurance décès emprunteur devient un parcours du combattant.

L’assurance vie entière, qui garantit un capital décès sans limitation de durée peut répondre à cet objectif. Dans ce cas, l’assuré apporte à sa banque son contrat vie entière en garantie (le contrat vie entière fait ici office d’assurance de prêt).

Vie entière : assurer ses obsèques

Les contrats vie entière, qui fonctionnent jusqu’au décès de l’assuré, peuvent aussi être utilisés pour financer ses obsèques. Les contrats obsèques sont en réalité des contrats vie entière, qui bénéficient d’un marketing particulier et de quelques spécificités.

Quel contrat d'assurance vie entière choisir ?

Afin de déterminer quel contrat d'assurance vie entière choisir, le mieux reste encore de faire une simulation avec un professionnel.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.