Vous êtes soignés différemment selon votre département

PUBLIÉ LE :

En ligne sur le site de L’institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES), l’Atlas de la santé met en évidence les variations des pratiques médicales par département. Notamment, des différences importantes dans la délivrance des soins médicaux et hospitaliers.

L’Atlas dévoile qu’à problèmes de santé identiques, les soins ne sont pas les mêmes selon le lieu d’habitation. Sur la base de 10 interventions médicales courantes, les écarts de pratiques d’un département à l’autre conduisent à s’interroger sur l’équité de l’accès aux soins et la qualité des soins.

Objectifs de l’Atlas des variations de pratiques médicales

L’un des objectifs de ce premier Atlas français des variations de pratiques médicales est de contribuer à réduire les variations non justifiées par les besoins ou préférences des patients.

Les auteurs de l’étude soulignent que les patients doivent connaître les alternatives les plus appropriées à leur état de santé.

S’il est destiné aux professionnels de santé et chercheurs comme aux patients, cet Atlas peut également être fort utile aux pouvoirs publics dans l’élaboration des politiques de santé et de maîtrise des dépenses.

Des études similaires menées dans des pays étrangers ont déjà révélé que les patients sont soignés différemment selon leur lieu de résidence.

Quels sont les écarts dévoilés par les cartes de l’Atlas ?

Exemple : le taux de recours standardisé pour 100 000 habitants à l’intervention médicale de l’ablation des amygdales se situe au plus haut (entre 141 et 168) dans le département des Pyrénées Atlantiques et tombe au plus bas (entre 28 et 53) dans le département voisin des Hautes Pyrénées.

La chirurgie de l’appendicite présente un taux de recours pour 100 000 habitants des plus élevés en Charente, alors qu’il est des plus faibles chez ses voisins de Dordogne ou de Haute-Vienne.

Les deux interventions présentant les disparités les plus élevées sont la chirurgie du canal carpien et la tumeur bénigne de la prostate.

© fotolia

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.