Vers la reconnaissance de l’endométriose comme affection de longue durée (ALD) ?

PUBLIÉ LE :
Vers la reconnaissance de l’endométriose comme affection de longue durée (ALD) ?
Adobe Stock

L’endométriose – maladie gynécologique chronique et incurable pouvant entraîner de très fortes douleurs physiques chez les femmes, avec des conséquences sur leur vie sexuelle, leur fertilité, leur vie professionnelle ou sociale - touche au moins 10 % des femmes en France.

Face à l’absence de reconnaissance institutionnelle de ce handicap invisible, la députée Clémentine Autain (France Insoumise) a défendu une résolution visant à la reconnaissance institutionnelle d’une part, et à l’inscription de l’endométriose dans la liste des affections de longue durée (ALD 30), qui ouvre droit pour les femmes atteintes à la prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie des soins relatifs à l’ALD.

Malgré le fait que le gouvernement – par la voix d’Olivier Véran - ait indiqué ne pas être favorable à cette mesure, la proposition de résolution a été adoptée à l’unanimité par les 111 députés présents dans l’hémicycle.

Pour l’heure, l’adoption de cette résolution n’a rien de contraignant. Pour qu’elle le devienne, le gouvernement doit engager la modification du décret qui liste les Affections de longue durée. Affaire à suivre.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.