Santé-Prévoyance : certains conseillers en gestion de patrimoine peuvent vous aider

PUBLIÉ LE :
Santé-Prévoyance : certains conseillers en gestion de patrimoine peuvent vous aider
fotolia

Plus de 70 % des conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) déclarent pratiquer une activité de conseil en santé et prévoyance, révèle le dernier Livre Blanc de la société d’étude et de conseil spécialisée sur le secteur APREDIA.

Pour autant, cette activité reste contenue puisque qu’elle n’a généré que 5 % du chiffre d’affaires global de la profession en 2017. Pour les cabinets qui pratiquent le conseil en santé-prévoyance, le niveau de chiffre d’affaires atteint les 10 %, loin derrière les métiers de conseil en investissement (61 %) et en vente immobilière (31 %).

En 2017, 53 % des cabinets précisent qu’ils ont au moins un fournisseur de produits en santé. Les trois fournisseurs leaders représentent 56,8 % des citations (contre 48,4 % en 2016). Le classement des 10 premiers fournisseurs est relativement stable sur les 5 dernières années.

Le trio de tête est composé en 2017, d’April, d’Alptis et de SwissLife. Viennent ensuite Generali en 4° place (ex 3° place en 2016), Ciprés Assurances (stable à la 5°place depuis 2012), puis dans l’ordre Apicil Aviva, Cardif, Metlife et Axa.

##altImage##

« Les principaux assureurs partenaires des CGPI leur proposent depuis plusieurs années de travailler sur la prévoyance mais aussi la santé. Si de nombreux Conseillers en gestion de patrimoine disent leur intérêt, le développement de ces activités reste pourtant aujourd’hui peu significatif. Il est sans doute difficile pour les petites structures que sont, dans leur très grande majorité, les cabinets CGPI de cumuler les expertises et les organisations nécessaires à une activité liée à épargne et à une activité liée à la protection sociale. Le renforcement réglementaire contribue aujourd’hui à la croissance des cabinets de CGPI. Il est possible que dans ce cadre, la protection sociale se développe sur le réseau CGPI dans l’avenir. », met en avant Aïda Sadfi, directrice générale d’APREDIA.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.