Santé : les Français se sentent vulnérables selon le baromètre Eovi MCD

PUBLIÉ LE :

Les résultats de l’étude 2018 réalisée par l’ObSoCo (Observatoire Société et Consommation) pour la mutuelle Eovi MCD montrent de la part des Français un sentiment global de vulnérabilité dans leur rapport à la santé.

Si 87 % d’entre eux estiment être en bonne santé, près de 60 % se disent préoccupés à ce sujet, sans distinction d’âge, de revenus ou de localisation géographique. Mais ce sentiment de vulnérabilité s’aggrave en fonction de nombreux facteurs qui rendent l’accès à la santé inégal pour les Français.

Ainsi, 25 % des personnes interrogées rencontrent des difficultés d’accès aux professionnels de santé liées à leur position sur le territoire (44 % dans les communes rurales et 36 % dans les villes de 2 000 à 10 000 habitants). Une personne sur trois considère que le manque de services de santé à proximité l’expose à un risque sérieux en cas d’urgence.

23 % des Français indiquent rencontrer des difficultés importantes d’accessibilité financière à la santé dont :

  • 27 % chez les Français dont les revenus du foyer sont inférieurs à 2 500 €
  • 57 % chez les individus en mauvaise santé contre 17 % pour les personnes en très bonne santé et 35 % pour ceux qui n’arrivent pas à boucler leur budget

Deux Français sur cinq en mauvaise santé déclarent que le reste à charge représente une part importante du budget du ménage.

90 % des Français affirment que la médecine a progressé mais seulement 69 % estiment bénéficier de cette innovation médicale et numérique.

En matière d’accès à la santé, les Français expriment de multiples attentes. 25 % sont prioritairement en recherche de protection, 18 % d’efficacité et 15 % de personnalisation. Les plus âgés attendent aussi une assistance et un accompagnement.

Sur les objets connectés de santé, 88 % des sondés en ont une vision positive. Ils sont moins nombreux en revanche à faire confiance aux cabines d’e-consultation et à la téléconsultation (respectivement 58 % et 57 % d’avis favorables).

Concernant les complémentaires santé, 44 % des Français qui y sont affiliés déclarent ne pas bien connaître les droits et les services qu’offre une telle affiliation. Près de 25 % estiment mal connaître les possibilités de remboursement qu’elle propose. L’étude relève que ce manque de connaissance diminue avec l’âge.

Enfin, l’étude relève que les mutuelles à but non lucratif ont toujours la cote. 25 % des sondés considèrent que les mutuelles de l’économie sociale et solidaire sont les mieux placées pour garantir l’équité et se soucier de l’intérêt du client, contre 20 % pour les mutuelles d’assurance, 6 % pour les assureurs généralistes et 3 % pour les banques assurances.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.