Revenu universel d’activité : le gouvernement demande l’avis des Français

PUBLIÉ LE :
Revenu universel d’activité : le gouvernement demande l’avis des Français
Adobe Stock

Emmanuel Macron l’avait annoncé le 13 septembre 2018 : la création d’un Revenu universel d’activité (RUA) à l’horizon 2023, prestation unique vouée à se substituer à plusieurs minimas sociaux : Revenu universel d’activité (RSA), prime d’activité, Allocation aux adultes handicapés (AAH) et les aides au logement, notamment. S’inscrivant dans la stratégie anti-pauvreté, cette prestation a pour objectif de lutter contre la pauvreté et le non-recours aux aides sociales.

Pour connaître la position des Français sur le sujet, le gouvernement a lancé ce mercredi une nouvelle consultation citoyenne, via un site créé pour l’occasion : consultation-rua.gouv.fr.

Les Français ont jusqu’au 20 novembre 2019 pour soumettre leur avis sur trois thématiques :

  • Pourquoi le RUA ?
  • À qui le RUA devra-t-il s’adresser ?
  • Comment devra fonctionner le RUA ?

Au sein de ces thématiques, plusieurs propositions (soit du Ministère des Solidarités et de la Santé, d’associations, de particuliers, territoires). Pour chacune, les citoyens sont invités à donner leur avis – d’accord, mitigé ou pas d’accord – accompagné ou non d’un commentaire expliquant leur décision.

Les travaux et contributions issus de la consultation citoyenne seront ensuite soumis à un jury citoyen de 15 membres début 2020, représentatif de la diversité de la population Française. À la suite de ces différentes phases de concertation, le projet de loi sur le RUA sera présenté par le gouvernement au Parlement, dans le courant de l’année 2020.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.