Retraite complémentaire : faut-il reporter le malus AGIRC-ARRCO à cause de la CSG ?

PUBLIÉ LE :
Retraite complémentaire : faut-il reporter le malus AGIRC-ARRCO à cause de la CSG ?
Fotolia

Quand les réformes se télescopent, l’intendance ne suit pas forcément.

Quand l’arrivée du malus…

Le régime unifié AGIRC-ARRCO, instauré au 1er janvier 2019, a amené dans ses cartons de nouvelles modalités de liquidation des pensions avec l’instauration d’un coefficient dit de solidarité.
Il concerne les personnes nées à compter du 1er janvier 1957 et qui remplissent les conditions pour bénéficier d’une retraite AGIRC-ARRCO à taux plein après le 1er janvier 2019.

Son principe est le suivant : tout salarié qui demande sa retraite complémentaire AGIRC-ARRCO à la date à laquelle il bénéficie du taux plein dans son régime de base verra sa pension de retraite complémentaire minorée à hauteur de 10 % pendant 3 ans, et au maximum jusqu’à l’âge de 67 ans.

En cas de départ retardée d’un an, toujours par rapport à l’âge du taux plein dans le Régime de base, le salarié ne subira pas le malus de 10 % (ou de 5 %).

Enfin, en cas de départ décalé de 2 ans, 3 ans ou 4 ans, le salarié verra sa pension de retraite complémentaire majorée respectivement de 10 %, 20 % ou 30 %, mais pendant 1 an seulement.

Le dispositif prévoit par aussi que les retraités soumis au taux réduit de CSG de 3,8 % auront un malus de 5 % au lieu de 10 %. Les retraités éxonérés de CSG ne sont pas concernés par les nouvelles mesures.

…percute le nouveau taux de CSG à 6,6 %.

Dans le cadre de la loi portant mesures d’urgence économiques et sociales, dite loi « Gilets Jaunes », le législateur a rétabli l’ancien taux de contribution sociale généralisée (CSG), sur les revenus de remplacement (dont les pensions de retraites) à 6,6% (1) pour les retraités dont le revenu fiscal de référence sont compris entre 14 548 € et 22 580 € pour une part.

Résultat, les organismes versant des prestations se retrouvent aujourd’hui face à 4 taux de CSG différents possibles : 0 % (retraités exonérés) 3,8 % (ancien taux réduit sur les retraités) 6,6 % (taux sur les retraités loi « Gilets Jaunes ») et 8,3 % (taux de CSG normal sur les retraites).

Pour aller plus loin, testez notre simulateur sur la CSG des retraités.

Quel taux appliquer ?

Résumons-nous :

  • Un retraité redevable de la CSG au taux de 0 % ne sera pas soumis au malus
  • Un retraité redevable de la CSG au taux de 3,8 % sera soumis à un malus de 5 %
  • Un retraité redevable de la CSG au taux de 8,3 % sera soumis à un malus de 10 %

Mais qu’en est-il des retraités soumis au taux de CSG « Gilets Jaunes » de 6,6 %. Doivent-ils avoir un malus de 5 % ou de 10 %. Rien n’étant expressément prévu, et dans la crainte de nombreuses réclamations, le président du régime unifié AGIRC-ARRCO estime, dans un entretien à l’EXPRESS en date du 11 janvier dernier, que « le mieux serait de reporter la mesure d'un an, via un avenant ».

A suivre de près.

(1) Taux de prélèvement en vigueur avant l’augmentation de 1,7 % du taux de CSG au 1er janvier 2018

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.