Réforme des retraites : l’exécutif semble plus ouvert à la « clause du grand-père »

PUBLIÉ LE :
Réforme des retraites : l’exécutif semble plus ouvert à la « clause du grand-père »
Adobe Stock

Dans un entretien accordé au Parisien, le Haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a affirmé que la « clause du grand-père » n’était pas une éventualité pour la réforme des retraites. Des propos démentis le jour même par l’exécutif.

À NOTER

La « clause du grand-père » permettrait d’appliquer la réforme des retraites aux seuls nouveaux entrants sur le marché du travail. Les personnes déjà actives garderaient leurs droits acquis, permettant un certain apaisement social. Une telle clause pourrait s’appliquer pour les régimes spéciaux, ou pour l’ensemble des professions.

La clause du grand-père n’est pas une alternative pour le Haut-commissaire

Pour Jean-Paul Delevoye, l’application du régime universel de retraite pour les seuls nouveaux entrants sur le marché du travail n’est pas envisageable. Si cette méthode permettrait peut-être de limiter les tensions sociales actuelles, elle reviendrait « à créer un 43ème régime » de retraite, alors même que la volonté du Haut-commissaire est de créer un régime unique.

Pour montrer l’impossibilité de mettre en place cette méthode, le Haut-commissaire invoque l'équité : « C’est impossible ! Si on fait la « clause du grand-père » pour une profession, il faut la faire pour tout le monde, question d’équité ». Ce qui équivaut pour lui à renoncer à ladite réforme.

Dans les propos rapportés par le Journal Le parisien, Jean-Paul Delevoye affirme toutefois qu’il ne s’agit que de sa « position personnelle ». « C’est au premier ministre d’arbitrer », conclut-il.

Clause du grand-père : l’exécutif plus ouvert à une telle possibilité

L’exécutif n’est pas aussi catégorique sur la question de la clause du-grand père.

À l’issue du Conseil des ministres du 7 novembre, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a affirmé que « le président de la République a rappelé son attachement à ce que la réforme des retraites puisse se faire, après concertation, dans les meilleurs délais ».

Si l’objectif est de réussir à tout prix à mettre en place une telle réforme, Édouard Philippe est prêt à faire quelques concessions et se dit « ouvert [à] toutes les pistes s’agissant de la transition ».

À voir si la mobilisation du 5 décembre prochain permet d’y voir plus clair sur les intentions de l’exécutif concernant la transition vers le régime universel.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.