Réforme des retraites : les caisses de retraite de libéraux et celle des avocats vont créer leur propre étude d’impact

PUBLIÉ LE :
Réforme des retraites : les caisses de retraite de libéraux et celle des avocats vont créer leur propre étude d’impact
Adobe stock

Dans un communiqué commun publié le 12 février, sept caisses de retraite de professions libérales – médecins, vétérinaires, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, notaires, experts-comptables, commissaires aux comptes, pharmaciens, et celle des avocats, ont décidé de faire réaliser leur propre étude d’impact sur les répercussions de la réforme visant à instituer un régime universel de retraite.

En effet, l’étude d’impact de 1 029 pages, présentée par le Gouvernement fin janvier et qui passe en revue les conséquences de la réforme, soulève de nombreuses interrogations : d’une part, du Conseil d’Etat, qui a étrillé les projections financières du document, les qualifiant de « lacunaires » et d’autre part, de nombreux acteurs qui dénoncent avec véhémence des simulations délibérément biaisées pour faire apparaître la réforme sous un angle plus avantageux : en effet, pour les 28 cas-types présentés, est appliqué un âge d’équilibre à 65 ans quel que soit le profil ou la génération. L’évolution de l’âge d’équilibre d’un mois par génération n’est pas donc prise en compte. Par ailleurs, pour l’ensemble des cas-types, l’entrée dans le monde du travail est fixée à 22 ans, moyenne nationale qui ne prend pas en compte la diversité des carrières.

Selon les professions libérales et les avocats, les chiffres présentés dans l’étude d’impact « présentent des différences significatives avec leurs propres estimations ». C’est pourquoi les caisses ont décidé de faire appel à une expertise indépendante, dont les résultats seront publiés en mars prochain.

L’objectif consiste notamment à vérifier l’exactitude des hypothèses gouvernementales présentées pour les professions libérales, mais également « les modalités précises de calcul des cas-types, au regard notamment des régimes actuels auxquels cotisent les professionnels libéraux ».

Les caisses souhaitent avoir un état des lieux « de l’évolution des cotisations » ainsi qu’une « évaluation des prestations futures et de leur rendement tant dans les régimes actuels que dans le futur régime ».

En effet, pour certaines professions, notamment les avocats, le taux de cotisation devrait doubler lors du passage au Régime universel, augmentation qui peut être insupportable à assumer, « de même qu’est à craindre une baisse marquée des prestations dans certains cas ».

Enfin, les caisses demandent à l’Exécutif d’inscrire dans la loi, leur maintien « en tant que pôles de gestion uniques du régime universel ».

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.