Réforme des retraites : que pensent les syndicats de la réforme suite à leur entrevue avec Édouard Philippe ?

PUBLIÉ LE :
Réforme des retraites : que pensent les syndicats de la réforme suite à leur entrevue avec Édouard Philippe ?
AFP

Le premier ministre Édouard Philippe, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn et le Haut-commissaire de la Réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, ont reçu les partenaires sociaux jeudi 5 et vendredi 6 septembre, avec pour ambition d’échanger sur les modalités du futur régime universel de retraite.

À LIRE :

Pour en savoir plus sur la réforme des retraites, rendez-vous sur notre dossier spécial :

Que pensent syndicats et patronats de la réforme des retraites à la suite de leur passage à Matignon ? Tour d’horizon :

  • FO : Le leader de Force ouvrière, Yves Veyrier, est fermement opposé au régime universel par points proposé par le projet de réforme. Pour lui, le problème initial de cette réforme est « la mise en cause de l’existant dans son entier pour aller vers un système unique par points ». Il redoute que ce système par points soit « entre les mains du gouvernement », lequel aura le pouvoir sur la valeur d’achat ou de service du point. En conséquence, Force ouvrière appelle à la manifestation.
  • CFTC : la Confédération française des travailleurs chrétiens voit des points positifs dans le projet présenté par Jean-Paul Delevoye. Concernant l’âge de départ à la retraite, la Confédération estime qu’il devrait être possible de faire un « mix » des propositions d’Emmanuel Macron (allongement de la durée de cotisation) et de Jean-Paul Delevoye (âge pivot à 64 ans, assorti d'un système de décote/surcote).
  • CFDT : La Confédération française démocratique du travail est favorable à la création d’un régime universel, mais juge l'âge pivot "profondément injuste". Cependant, se baser sur la durée de cotisation pour partir à la retraite n’aurait que « peu de sens dans un régime par points », admet son secrétaire général Laurent Berger. Selon lui, de longues discussions sont donc à prévoir sur le sujet.
  • MEDEF : Le Mouvement des entreprises de France, mené par Geoffroy Roux de Bézieux, souhaite une réforme rapide. S’il est en accord avec la création d’un système à points et la mise en place d’un âge pivot, il s’alarme sur le fait que le conseil d’orientation des retraites (COR) ait annoncé autour de 10 milliards d’euros de déficit en 2025.
  • FNSEA : La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles est en accord avec le projet de Jean-Paul Delevoye. Les exploitants agricoles, qui bénéficient aujourd’hui d’une pension de retraite très faible, seront mieux lotis si la réforme est adoptée : « les agriculteurs ne pourront qu’avoir des pensions meilleures », affirme la présidente de la Fédération Christiane Lambert.
  • U2P : L’Union des entreprises de proximité a demandé qu’aucun travailleur n’ait à subir de hausse de ses cotisations retraites, ni de baisse de sa pension de retraite. L'U2P s’inquiète notamment pour les indépendants (artisans, commerçants et professions libérales), dont les taux de cotisations retraite pourraient passablement augmenter si une telle réforme était mise en place.
  • UNSA : L'Union nationale des syndicats autonomes s’est particulièrement inquiétée du calendrier de cette réforme. Elle souhaite que « les grands principes » de la loi soient connus d’ici le premier trimestre 2020, et réclame une phase de transition pour les 10 à 15 premières générations touchées par la réforme. Dans tous les cas, l’Union négociera « jusqu’au bout » afin que la réforme des retraites soit la plus juste pour tous.
  • CGT : Philippe Martinez, leader de la Confédération générale du travail, déplore que le rapport de Jean-Paul Delevoye n’ait retenu « aucune » des propositions émises par la CGT. Pour faire entendre sa voix, le syndicat appelle à la manifestation.
  • CFE-CGC : Du côté du syndicat des cadres, son président François Hommeril se montre très méfiant suite à la déclaration d’Emmanuel Macron, qui a annoncé préférer « qu’on trouve un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge ». Sur ce point, le président de la CFE-CGC s’alarme et prévient que « s’il advenait que la question de de la durée de cotisation revienne dans le débat et s’impose comme un paramètre structurant du régime à points futur, nous serions totalement en désaccord avec la proposition qui est faite ».
  • CPME : Pour la Confédération des petites et moyennes entreprises, le bilan de la réforme mise sur pied par Jean-Paul Delevoye est positif, avec cependant des « points de vigilance », notamment sur le plafond de cotisation à 3 plafonds annuel de sécurité sociale (PASS) qui entraîne « l’étatisation du système de retraite ».

CFE-CGC * : Confédération française de l’encadrement – confédération générale des cadres

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.