Réforme des retraites : Édouard Philippe tente de rassurer les Français

PUBLIÉ LE :
Réforme des retraites : Édouard Philippe tente de rassurer les Français
elysee.fr

Ce jeudi 12 septembre, Édouard Philippe, le Premier ministre, a exposé devant le Conseil Économique social et environnemental (CESE), le calendrier et la méthode de la réforme des retraites.

Il a également apporté quelques éclaircissements afin de tenter de « lever les inquiétudes » des Français.

Un régime universel pour répondre à un système devenu archaïque ?

Le Premier ministre a justifié la nécessité de créer un régime universel par le fait que le « système de 1945, construit selon une logique de statuts […] ne correspond plus tout à fait à la situation d’aujourd’hui ». « Certains régimes n’ont plus assez d’actifs pour assumer les pensions, les filières disparaissent, de nouveaux métiers se créent », nécessitant une adaptation du système.

Par ailleurs, l’instauration d’un système universel de retraite permettrait de répondre à l’évolution des comportements des Français, les changements de carrière et de statuts qui jalonnent la vie professionnelle révèlent des parcours beaucoup plus fragmentés qu’il y a 50 ans. « Il vaut mieux protéger les Français contre les aléas en renforçant la solidarité du système », à travers la création d’un régime universel de retraite, a déclaré Édouard Philippe.

Ce dernier va même plus loin, affirmant que la mise en place d’un système universel de retraite constitue un « sujet de justice entre les générations », face au régime actuel qui présente certaines carences : inadaptation au changement démographique, reproduction des inégalités salariales hommes/femmes, lisibilité moindre, etc.

Régime universel de retraite : quelles sont les garanties du gouvernement ?

Édouard Philippe a fait plusieurs annonces afin de tenter de rassurer les Français et les partenaires sociaux. Le nouveau régime universel de retraite comporterait ainsi les éléments suivants :

  • Intégration des critères de dangerosité des métiers et de pénibilité physique
  • Possibilité de partir plus tôt en retraite pour les personnes ayant commencé à travailler avant l’âge de 20 ans
  • Conservation à 100 % des droits acquis dans le système actuel
  • Versement d’une pension retraite minimale équivalente à 85 % du SMIC
  • Action en faveur du maintien dans l’emploi des séniors
  • Recherche de solutions pour adapter certains régimes spéciaux au système universel, en repensant notamment les carrières de certains professionnels (enseignants, chercheurs, aides-soignants, etc.) ainsi que le système de rémunération associé

Des discussions prévues avec les Français

Jean-Paul Delevoye, le Haut-commissaire à la réforme des retraites, lancera dès la semaine prochaine et jusqu’à la fin du mois de décembre, un cycle de discussions avec les partenaires sociaux qui concerneront plusieurs éléments de la réforme. Seront notamment abordés les points suivants :

  • Les conditions d’équilibre du régime en 2025
  • Les modalités d’ouverture des droits à pension
  • La question du maintien des séniors dans l’emploi (règles du cumul emploi-retraite, etc.)
  • Le pilotage financier du système : comment assure-t-on son équilibre en 2025 et dans la durée ? Quelles sont les règles pour encadrer son pilotage ?
  • Les modalités de transition des 42 systèmes existants
  • Le taux de cotisation applicable
  • Les conditions de départ en retraite
  • La fixation de la valeur du point
  • Etc.

En outre, avant la du fin du mois de septembre une plateforme numérique sera mise en ligne, pour permettre aux citoyens de s’exprimer sur la réforme des retraites. Ces « consultations citoyennes » sur la retraite devraient durer jusque fin de l’année. Des réunions publiques autour d’élu locaux sont aussi programmées.

Un rapport demandé au COR afin d’évaluer la situation du régime

La Premier ministre a annoncé la saisie du Conseil d’orientation des retraites (COR), dès cette semaine, afin d’évaluer la situation du système de retraite durant la prochaine décennie puis de définir un ensemble de mesures à prendre afin de garantir l’équilibre du régime de retraite.

Un projet de loi voté d’ici l’été prochain…pour une application complète en 2040

« La réforme n’est pas écrite, nous sommes prêts à prendre le temps qu’il faudra », a déclaré le Chef du gouvernement ; toutefois le texte instaurant ce régime universel sera débattu au Parlement dès l’été prochain.

L’application de ce nouveau système de retraite prendra néanmoins du temps ; sa mise en place sera très progressive malgré son entrée en vigueur en 2025 : une période de longue convergence entre les anciens et le nouveau système de 15 ans est prévue (le nouveau régime ne s’appliquerait entièrement donc qu’à partir de 2040).

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.