Rapport de l’OCDE : la position privilégiée des retraités français

PUBLIÉ LE :
Rapport de l’OCDE : la position privilégiée des retraités français
Fotolia

Dans son Panorama des pensions 2017 publié ce mardi, l’OCDE (1), dresse un bilan et évoque les perspectives à venir sur le plan des pensions retraite.

Avec des pensions aux montants plus élevés et un record de la durée de la retraite, les retraités français sont dans une position privilégiée par rapport aux pays membres de l’OCDE.

Toutefois, le rapport dresse les limites de la retraite progressive et du cumul emploi-retraite, deux dispositifs permettant une flexibilité dans le passage à la retraite.

Les retraités français perçoivent des pensions plus élevées que dans l’OCDE

Les retraités français perçoivent une pension plus confortable que la moyenne de l’OCDE ; d’ailleurs, le « taux de pauvreté relative des personnes âgées » figure « parmi les plus bas » et « le revenu moyen des plus de 65 ans est supérieur à celui de l’ensemble de la population », à hauteur de 12 %.

Ainsi, en France en 2014, le revenu moyen des personnes de plus de 65 ans –revenus du capital inclus, s’élevait à 103,4 % du revenu moyen de l'ensemble de la population et le taux de remplacement net futur (la pension comparée au dernier salaire), était de 74 %, contre 63 % en moyenne dans l’OCDE.

L’imbrication de ces paramètres placerait la France dans une « position quasi unique » selon le rapport.

Un âge de départ à la retraite inférieur à 65 ans

Avec une « espérance de vie à l’âge moyen de sortie du marché du travail » s’élevant à 25,6 ans, la France détient le record de la durée de la retraite, qui s’élève à « 5 ans de plus que la moyenne OCDE ».

Deux éléments combinés expliquent ce niveau record de la durée de la retraite en France :

  • Une espérance de vie plus élevée dans l’Hexagone : elle a d’ailleurs augmenté de 6,5 ans en France depuis 1975, contre 5 ans en moyenne dans l’OCDE
  • Une sortie du marché du travail plus rapide en France : 60,2 ans contre 64,4 ans dans l’OCDE

En outre, dans son étude, l’OCDE prévoit un rallongement de la durée de cotisation de 2 ans d’ici 2035, ce qui va naturellement reculer l’âge normal de la retraite d’une durée équivalente, malgré la promesse d’Emmanuel Macron de ne pas toucher à l’âge légal de départ en retraite fixé à 62 ans. En effet, celui-ci devrait augmenter sous le coup des réformes entreprises en 2003, 2010 et 2014.

Le passage de la durée de cotisation à 43 ans et la mise en place de l’accord AGIRC-ARRCO d’octobre 2015, devrait fixer l’âge normal de la retraite en France à 64 ans vers 2060 ; il resterait cependant « inférieur de plus d’1 an et demi à la moyenne OCDE », prévoit le rapport.

Retraite progressive, cumul emploi-retraite : le rapport pointe les limites de ces dispositifs

Le rapport de l’OCDE pointe du doigt les limites de deux dispositifs, permettant une « flexibilité dans le passage à la retraite », qui proposent peut-être, un choix « trop binaire entre emploi et retraite » :

  • La retraite progressive: permet à l’assuré qui a atteint ou presque l’âge légal de départ à la retraite de percevoir une fraction de la pension de sa retraite tout en continuant à exercer une activité à temps partiel
  • Le cumul emploi-retraite: permet à l’assuré de cumuler une rémunération professionnelle avec une ou plusieurs pensions de retraite. Il est accessible à tous les retraités quelle que soit la nature de l’activité professionnelle qu’ils choisissent d’exercer : salarié, fonction publique, indépendant, profession libérale, auto-entrepreneur, etc.

Concernant le cumul emploi-retraite, l’OCDE pointe la réduction de « l’attractivité du dispositif » qui est réduite : les bénéficiaires continuent de cotiser normalement alors qu’ils n’acquièrent pas de nouveaux droits.

Quant à la retraite progressive, elle ne concerne que très peu de personnes en France, 5 000 seulement y ont eu recours en 2015, sa portée n’est donc que très faible.

(1) Organisation de coopération et de développement économiques

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.