Quelle est la place des Français dans le système de santé ?

PUBLIÉ LE :
Quelle est la place des Français dans le système de santé ?
Fotolia

Que pensent les Français de la place et du rôle des patients dans le système de santé en France ? C’est le sujet d’une étude réalisée par l’institut de sondage Opinion Way pour le compte de la Fondation d’entreprise ADREA et dont les résultats ont été présentés hier, 7 novembre, lors des Rendez-vous de la fondation.

Les chiffres révèlent que les patients, s’ils se sentent globalement acteurs de leur parcours de soins, ne se sentent pas assez pris en considération au sein du système de soins et affichent une méconnaissance de leurs droits.

S’ils se sentent globalement bien accompagnés par les professionnels de santé, ils aspirent à une meilleure coordination des soins et à une plus grande écoute de la part des professionnels.

Patient/système de santé : une relation carencée

Si les 2/3 des Français (64 %) s’accordent sur le fait que les patients sont acteurs de leur parcours de soins (à nuancer, puisque seuls 16 % des sondés se disent « tout à fait d’accord » avec cette affirmation), plus de 5 Français sur 10 (56 %) estiment que le système de santé français n’est pas pensé pour et avec le patient.

Pis, la grande majorité (76 %) des personnes interrogées considèrent la place accordée au patient dans le système de santé français comme insuffisante.

Ces déclarations tendent à illustrer une certaine carence dans la relation patient/système de soins.

Les pouvoirs publics semblent prendre conscience de la question puisque parmi les engagements prévus dans le plan de transformation du système de santé « Ma santé 2022 », figurent la volonté d’aider les patients à devenir « acteurs de leur parcours de soins », celle de « placer le patient au cœur du système de soins », mais également de prendre « en compte le point de vue et la perspective du patient pour mieux intégrer ses besoins dans la prise en charge ».

La participation du patient en tant qu’acteur à part entière du processus de soins participent de la notion d’empowerment (1).

Une méconnaissance des droits

L’étude révèle que seuls 6 % des patients affirment connaître véritablement leurs droits, 59 % des sondés ont une connaissance moindre (41 %), voire aucune connaissance (18 %) du droit des patients.

Les personnes souffrant d'une pathologie au moins au moins, plus concernées donc, semblent plus au fait de leurs droits.

Avec le lancement officiel du dossier médical partagé qui a eu lieu hier, la question du secret médical revient sur le devant de la scène, et avec elle, la nécessité pour le patient de connaître ses droits afin d’être acteur de sa santé sur tous les points : droit à l’accès aux soins et au choix du médecin, celui de participer à la décision médicale, le respect de la personne soignée, le droit à la confidentialité, etc.

En outre, selon les patients,

  • Une meilleure coordination des soins (entre médecins hospitaliers, cabinets, pharmaciens, etc.) : 53 %
  • Une meilleure écoute des professionnels de santé : 47 %

sont autant d’éléments qui permettraient de les rendre davantage acteurs de leur parcours de santé.

Les français se sentent globalement bien accompagnés par les professionnels de santé

L’étude révèle que les Français se sentent néanmoins bien accompagnés par les professionnels de santé, et en particulier par :

  • Leur médecin généraliste pour 70 % des sondés
  • Les médecins spécialistes pour 59 % des sondés
  • Les infirmières/aides-soignantes pour 50 %

Cela peut s’expliquer par la proximité existante entre le médecin généraliste, souvent médecin de famille et le patient.

EMPOWERMENT

(1) L’enjeu principal de l’empowerment serait d’accroître la capacité d’agir de la personne malade pour améliorer son bien-être et lui accorder une liberté de choix sur les décisions de santé qui le concernent. En lui donnant plus de pouvoir d’agir, en coordonnant les services grâce à l’information, l’on favorise ainsi la mise en place d’un système de santé plus fort.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.