Protection sociale : un mode de financement mal compris

PUBLIÉ LE :
Protection sociale : un mode de financement mal compris
fotolia

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), France Stratégie et le Haut Conseil du financement de la protection sociale se sont unis pour enquêter sur la compréhension des Français sur le financement de la protection sociale.

Lire l’enquête

Cotisations sociales et CSG reconnues comme étant les principales sources de financement

La majorité des Français savent que les cotisations sociales et la Contribution sociale généralisée (CSG) contribuent au financement de la protection sociale.

En revanche, ils sont moins à l’aise quant aux questions sur l’assiette de ces prélèvements :

  • La moitié des personnes interrogées pense que les assiettes des cotisations sociales et CSG sont identiques
  • Un quart sait que l’assiette de la CSG est plus large
  • 97 % indiquent que les cotisations sociales sont prélevées sur les revenus d’activité
  • Près de 4 personnes interrogées sur 10 pensent que les revenus du patrimoine sont également soumis à cotisations sociales

À la question, selon vous qui paie le plus de cotisations sociales :

  • 55 % reconnaissent que les employeurs paient globalement davantage de cotisations sociales que les salariés
  • 26 % déclarent que les cotisations salariales et patronales sont les mêmes
  • 19 % pensent que les salariés en versent davantage que les employeurs

Quant au lien entre versement de cotisations sociales et ouverture des droits :

  • 82 % des personnes interrogées répondent qu’il faut avoir cotisé pour avoir droit à une retraite (92 % pour la retraite complémentaire)
  • 89 % pour bénéficier de l’assurance chômage
  • 73 % et 76 % des personnes considèrent qu’il n’est pas nécessaire d’avoir cotisé pour avoir droit à une prestation familiale, à un minimum social ou à une aide au logement
  • Les réponses sont plus partagées sur les frais de santé notamment en raison d’une confusion entre assurance maladie et complémentaire santé

Les pistes d’évolution du financement de la protection sociale

Il est difficile de se prononcer sur l’évolution souhaitable d’un système lorsque la compréhension du fonctionnement actuel est faible.

Toutefois, questionnées sur l’évolution du mode de financement, la majorité des personnes interrogées se prononce en faveur d’une prise en charge par l’impôt (58 %) plutôt qu’un financement spécifiquement dédié à la protection sociale comme les cotisations sociales et la CSG (40 %).

L’enquête souligne que 61 % des personnes interrogées estiment que c’est une « mauvaise chose » que le financement de la protection sociale repose avant tout sur les revenus d’activité des ménages, car « tout le monde doit contribuer de la même manière, quelle que soit la source de ses revenus ».

Pour autant, 63 % d’entre elles ont répondu que la contribution des personnes au financement de la protection sociale devrait « représenter une part en pourcentage d’autant plus importante que leur revenu est élevé ».

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.