Proches aidants : les propositions du Sénat pour faciliter leur quotidien

PUBLIÉ LE :
Proches aidants : les propositions du Sénat pour faciliter leur quotidien
Fotolia

En France, près de 9 millions d’aidants familiaux viennent en aide à un proche en situation de dépendance ou de handicap.

La vie difficile des aidants n’étant plus à démontrer, les pouvoirs publics commencent peu à peu à se saisir de la question.

C’est notamment le cas de Jocelyne Guidez, sénatrice de l’Essonne qui a déposé le 12 juin dernier une proposition de loi visant à favoriser la reconnaissance des proches aidants « qui pallient parfois l'absence de professionnels de santé, de place dans les différentes institutions, (...) voire l'absence d'institutions compétentes pour accueillir les personnes devant faire l'objet d'un accompagnement spécifique ».

Ce texte, adopté par la commission des Affaires sociales, sera débattu en séance publique le 25 octobre 2018.

Indemniser le congé du proche aidant

À l’instar de la proposition de loi, soutenue par le député communiste Pierre Dharréville à l'Assemblée nationale en janvier dernier, le texte du Sénat prévoit de renforcer le dispositif du congé du proche aidant en l’indemnisant. En effet, ce défaut de rémunération présente un « obstacle souvent rédhibitoire à la mobilisation du congé de proche aidant ».

Toutefois, les sénateurs vont plus loin que les députés, en incombant à l’employeur la rémunération du congé du proche aidant par le biais d’une indemnité journalière. Dans les faits, l’employeur tirerait les ressources à partir d’un fonds dédié, alimenté par la mise en place d’une surprime sur certains contrats d’assurance.

Relayer l’aidant

Toujours dans la volonté d’alléger la besogne du proche aidant, les sénateurs proposent d’expérimenter un dispositif de « relayage » aidant/professionnels médico-sociaux.

Le baluchonnage, expérimenté depuis janvier dernier en France, peut constituer un moyen de suppléance de l’aidant.

L’aidant, cet inconnu dans l’entreprise

Concilier statut d’aidant et vie professionnelle étant parfois compliqué, le Sénat invite les partenaires sociaux à inscrire le sujet des proches aidants à l’agenda de leurs négociations de branche et d’entreprise.

À l’heure actuelle, les entreprises semblent ne se saisir que trop peu du cas des aidants : ainsi, les résultats de l’enquête « Agir pour les Salariés Aidants », menée en 2017 par la Fondation Médéric Alzheimer et Malakoff Médéric, montrent que la question des salariés aidants n’est pas encore une priorité pour les entreprises.

Informer les proches aidants afin de faciliter leur accompagnement

Le texte propose également de faciliter l’accompagnement de l’aidant, en l’informant sur « les droits et aides auxquels il peut prétendre », ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, déplorent les sénateurs à l’origine de cette proposition de loi.

Et il faut faire preuve de réactivité : dès le diagnostic médical d’une personne en état de dépendance ou de handicap formulé, l’aidant familial doit être guidé, notamment par le biais d’une plateforme web d’information dédiée.

Enfin, les sénateurs proposent de créer une « carte d’aidant », afin de mieux identifier le proche aidant vis-à-vis des professionnels de santé, et d’assurer la continuité de la prise en charge d’une personne dépendante en toutes circonstances.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.