Prime d’activité, retraite, AAH, RSA, APL… : quelle revalorisation pour les prestations sociales en 2020 ?

PUBLIÉ LE :
Prime d’activité, retraite, AAH, RSA, APL… : quelle revalorisation pour les prestations sociales en 2020 ?
Adobe Stock

En 2020, toutes les prestations sociales et autres revenus de remplacement ne seront pas soumis au même régime : certains seront revalorisés en fonction de l’inflation, d’autres seront quasi-gelés.

Ainsi, le Revenu de solidarité active et l’Allocation supplémentaire d’invalidité bénéficieront en 2020 d’une revalorisation basée sur l’inflation, qui devrait s’établir à 1 %, selon les prévisions de l’INSEE.

Quant aux aides au logement, à la prime d’activité, aux allocations familiales ou encore, à l’Allocation aux adultes handicapées, l’augmentation prévue sera de 0,3 % en 2020.

Enfin, les pensions de retraite auront droit, en 2020, à un régime de revalorisation différencié en fonction du niveau de revenus.

Revenu de solidarité active (RSA) : une revalorisation à hauteur de l’inflation

Au 1er avril 2020, le Revenu de solidarité active (RSA), qui garantit aux personnes sans ressources un minimum de revenu, sera revalorisé de 1 %. Une hausse du montant du RSA qui sera donc indexée sur l’inflation.

Prime d’activité : une augmentation légère en 2020

Dans un contexte de contestation sociale portée par les Gilets jaunes, la loi portant mesures d’urgence économiques et sociales (MUAS), a prévu, dès février 2019, une revalorisation exceptionnelle du montant de la prime d’activité pouvant aller jusqu’à 90 € par mois pour les travailleurs modestes, gagnant moins de 1,5 SMIC (plafond pour une personne seule). En 2020, la prime d’activité ne bénéficiera pas d’un nouveau coup de pouce exceptionnel ; une revalorisation de 0,3 % s’appliquera au 1er avril prochain.

Allocations familiales : une revalorisation sous-indexée

Comme en 2019, les allocations familiales vont connaître un quasi-gel en 2020, avec une revalorisation faible, à hauteur de 0,3 % au 1er avril prochain.

Aides au logement : quasiment gelées en 2020

Traditionnellement, les aides au logement sont revalorisées chaque année au 1er octobre en fonction de l’indice de référence des loyers, calculé à partir de l’inflation.

Mais en 2019, le gouvernement avait décidé de mettre fin à « l’augmentation indifférenciée des allocations » en revalorisant la prestation, selon un taux inférieur à celui de l'inflation. Ainsi, la hausse du montant de l’aide personnalisée au logement (APL), de l’allocation de logement familiale (ALF) et de l’allocation de logement sociale (ALS) a été de 0,3 % l’an dernier. Au titre de l’année 2020, un régime identique devrait s’appliquer.

En outre, un changement dans le mode de calcul des aides au logement interviendra au 1er janvier 2020 : à compter de cette date, l’aide au logement sera calculée en prenant en compte les ressources perçues par les allocataires au cours du trimestre précédent et non plus sur la base des revenus déclarés 2 ans plus tôt. Cela permettra de déterminer de façon plus « juste » selon l’Exécutif, le montant d’APL à verser en fonction de la réalité des revenus perçus.

Selon les estimations, avec ce nouveau mode de calcul du droit aux APL, 1,2 million de personnes devraient connaître une diminution du montant de leur allocation et 600 000 personnes verront leur aide au logement tout bonnement supprimée.

Allocation aux adultes handicapés : une légère hausse en 2020, après deux revalorisations exceptionnelles

Après deux revalorisations exceptionnelles intervenues aux mois de novembre 2018 et 2019, portant son montant à 900 € par mois, l’Allocation aux adultes handicapés (AAH), connaîtra une augmentation de 0,3 % au 1er avril 2020, soit 2,70 € de plus par mois.

Malgré cette hausse de près de 100 € du montant de l’allocation, les associations de défense des droits des personnes en situation de handicap s’insurgent du fait que le montant de l’AAH demeure inférieur au seuil de pauvreté, fixé à 1 041 € par mois en 2019.

Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) : hausse exceptionnelle prévue le 1er janvier 2020

L’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), ex-minimum vieillesse, sera exceptionnellement augmentée à compter du 1er janvier 2020. Le montant de cette aide, qui s’adresse aux retraités les plus modestes, sera revalorisée de :

  • 35 € par mois pour une personne seule, pour atteindre 903,20 € par mois
  • 54 € par mois pour un couple, portant le montant de l’allocation à 1 402 € par mois

Cette hausse exceptionnelle remplace l’augmentation traditionnelle du 1er avril.

Allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) : vers un revenu minimum de 750 €/mois

Versée aux pensionnés d’invalidité qui perçoivent de faibles ressources qui ne remplissent pas les conditions pour bénéficier de l’ASPA, l’Allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) connaîtra, au 1er avril 2020, une augmentation comprise entre 27 et 45 € par mois. L’objectif est que l’ensemble des bénéficiaires de la prestation puissent disposer d’un revenu total atteignant 750 € par mois.

Pensions d’invalidité des chefs d’exploitation agricole : un relèvement prévu en 2020

À compter du 1er janvier 2020, les pensions d’invalidité versées aux chefs d’exploitation agricoles vont être augmentées de :

  • 29 € par mois pour une invalidité partielle, le montant total versé s’élèvera alors à 319 € par mois
  • 200 € par mois pour une invalidité totale, ce qui donnera une pension mensuelle portée à 565 €

Pensions de retraite : une hausse différenciée selon le niveau de revenus

Au titre de l’année 2020, les retraités connaîtront une revalorisation différenciée de leur pension, en fonction de leur niveau de revenus. Ainsi, les pensionnés percevant une retraite (de base et complémentaire) inférieure à 2 000 € brut par mois verront leur pension retraite revalorisée sur l’inflation - soit 1 %, au 1er janvier 2020.

Quant aux retraités ayant des ressources supérieures à ce plafond, la hausse sera limitée à 0,3 %.

Par ailleurs, des revalorisations intermédiaires allant de 0,4 % à 0,8 % seront appliquées aux pensions des retraités percevant des revenus légèrement supérieurs à 2 000 €.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.