Personnes âgées dépendantes à domicile : les résultats de l’enquête CARE

PUBLIÉ LE :
Personnes âgées dépendantes à domicile : les résultats de l’enquête CARE
Fotolia

Selon les premiers résultats de l’enquête « Capacités, Aides et REssources des seniors (CARE) ménages », réalisée par la DREES (1), 4 % à 10 % des personnes âgées de 60 ans ou plus vivant à domicile étaient dépendantes au sens du groupe iso-ressources (GIR) en 2015.

Divers outils permettent de mesurer la perte d’autonomie. Parmi eux :

  • La grille AGGIR
  • L’indicateur de Katz
  • L’indicateur de Colvez

En outre, l’étude compare le niveau d’autonomie des personnes âgées dépendantes vivant à domicile selon leur sexe.

L’enquête montre également l’évolution de la perte d’autonomie chez les séniors vivant à domicile entre 2008 et 2015.

Entre 0,4 et 1,5 million de personnes âgées dépendantes vivant à domicile en 2015

Selon la définition de la perte d’autonomie retenue, il y avait entre 0,4 et 1,5 million de personnes âgées dépendantes vivant à domicile en 2015.

En considérant une définition large, 10,1 % des personnes âgées de 60 ans ou plus étaient en perte d’autonomie en 2015, soit 1 459 000 personnes.

6,7 % des personnes âgées de 60 ans ou plus avaient un niveau de dépendance peu élevé (GIR 4), tandis que parmi elles, 1,8 % présentaient une dépendance sévère (GIR 1 ou 2), soit 260 000. Cette faible proportion s’explique par le fait que les personnes les plus dépendantes sont principalement prises en charge en établissement (EHPAD, etc.).

Parmi les personnes de moins de 75 ans, on comptait 415 000 personnes en perte d’autonomie (4,5 %), dont 46 000 personnes sévèrement dépendantes (0,5 %).

Chez les personnes âgées de 75 ans ou plus, en revanche, 1 042 000 personnes étaient en situation de perte d’autonomie (20,0 %), dont 214 000 étaient en situation de dépendance sévère (4,1 %).

En retenant une définition plus restreinte du GIR, les estimations sont sensiblement plus basses : 4,4 % des personnes âgées de 60 ans ou plus étaient dépendantes, soit 636 000 individus. Parmi elles, 217 000 personnes étaient sévèrement dépendantes.

Chez les personnes âgées de 75 ans ou plus, 9,6 % étaient dépendantes, soit 500 000 personnes, dont 182 000 personnes sévèrement dépendantes.

Les femmes plus fréquemment en perte d’autonomie que les hommes

L’étude note que parmi les personnes âgées dépendantes vivant à domicile, les femmes sont, à âge égal, plus fréquemment en perte d’autonomie que les hommes.

Les écarts de prévalence entre les femmes et les hommes peuvent aller jusqu’à 6 points de pourcentage pour la tranche d’âge des 75 ans ou plus.

À domicile, la perte d’autonomie a globalement baissé entre 2008 et 2015

Enfin, les séniors vivant à domicile étaient moins en perte d’autonomie en 2015 (-3 points) qu’en 2008. Dans le même temps, la proportion de résidents en institution, davantage confrontés à des pertes d’autonomie, a elle aussi baissé au cours de la période.

(1) Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques

Les indicateurs de la perte d'autonomie

3 indicateurs de dépendance sont utilisés pour mesurer la perte d’autonomie :

  • La grille AGGIR : qui permet de déterminer le degré de dépendance de la personne âgée. Les niveaux de dépendance de la grille AGGIR sont classés en 6 groupes dits « iso-ressources » (GIR). À chaque GIR correspond un niveau de besoins d'aides pour accomplir les actes essentiels de la vie quotidienne (AVQ)
  • L’indicateur de Katz : sert à évaluer la capacité qu’a une personne à réaliser seule six AVQ

  • L’indicateur de Colvez : permet d’appréhender la dépendance (le besoin d’aide) en mesurant la perte de mobilité de la personne âgée

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.