Obésité : une politique de prévention pas assez efficace

PUBLIÉ LE :
Obésité : une politique de prévention pas assez efficace
Fotolia

Un rapport du cabinet Asterès intitulé « Lutter contre l’obésité, de la prise de conscience à l’action », évoque les conséquences liées à l’obésité tant au niveau sanitaire, psychologique, économique que social.

En France, l’obésité concerne 8 à 9 millions de personnes, ce nombre est en constante augmentation et ce, malgré les conséquences parfois gravissimes induites par cette maladie.

Alors que les pouvoirs publics ont mis en place des plans de lutte contre l’obésité, il semble aujourd’hui que les objectifs escomptés ne sont pas réellement atteints et qu’il est nécessaire de pousser les actions de prévention encore plus loin.

Cartographie de l’obésité en France

En France, on compte actuellement entre 8 et 9 millions d’obèses, ce qui représente une part comprise entre 15 et 17 % de la population. Ce chiffre semble en constante augmentation ; en 2030, le pourcentage d’obèses risque d’atteindre 23 % de la population française.

L’étude note qu’il existe des facteurs sociaux qui préfigurent l’obésité : ainsi, parmi les personnes les plus touchées, on retrouve celles qui sont faiblement diplômées et qui perçoivent des revenus modestes.

La multiplicité des déterminants de l’obésité (génétiques, sociétaux, environnementaux, etc.), complexifie la compréhension même de cette maladie et de ce fait, rend ardue la mise en place d’une démarche de prévention efficiente.

L’obésité : des conséquences à tous les niveaux…

De nombreuses conséquences dommageables sont imputables à l’obésité : l’apparition de maladies graves (diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, etc.), les discriminations, ou encore, la souffrance psychologique.

En outre, les importantes dépenses médicales dues à l’obésité, les coûts inhérents à la perte de production liée aux arrêts de travail et l’exclusion du marché du travail d’une partie des femmes obèses, génèrent une dépense supérieure à 12 milliards d’euros par an, selon la direction générale du Trésor public.

Prévention de l’obésité : il est nécessaire d’aller plus loin

Les pouvoirs publics ont mis en place de nombreux plans pour lutter contre l’obésité. Notamment :

  • Les Programmes nutrition santé (PNNS) : qui n’ont pas atteints l’ensemble des objectifs visés ; en effet, ils doivent toucher davantage de personnes à risques. Des mesures efficaces doivent être menées : rendre obligatoire l’affichage du Nutri-Score, financer la prévention contre l’obésité avec le rendement des taxes nutritionnelles, mais aussi, encadrer plus strictement le marketing alimentaire
  • Le Plan obésité 2010-2013 : si certains effets vertueux ont été observés, notamment concernant la prise en charge sanitaire des personnes souffrant d’obésité sévère, des améliorations sont encore à prévoir, particulièrement sur le plan de la promotion de l’obésité dans la formation des professionnels de santé ou encore, au niveau du contrôle de la qualité des établissements réalisant des chirurgies bariatriques

Enfin, d’autres mesures fiscales et réglementaires et surtout, une reconnaissance par l’État de l’obésité comme priorité de sa politique sanitaire sont actuellement nécessaires, afin de donner un nouvel élan à la lutte nationale contre l’obésité.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.