Maladies chroniques : plus de 10 millions des Français touchés

PUBLIÉ LE :
Maladies chroniques : plus de 10 millions des Français touchés
Fotolia

Les maladies chroniques, appelées également affections de longues durée (ALD) sont en plein essor ces dernières années. En effet, le nombre de personnes atteintes ne cesse d’augmenter, passant ainsi de 1,3 million nouveaux cas en 2014 à 1,6 million en 2016, soit plus de 10 millions de personnes actuellement touchées.

Avec 2,6 millions de malades, le diabète constitue la première maladie chronique, suivent ensuite les tumeurs malignes qui touchent 2 millions de personnes en France. Avec 1,1 million de Français atteints, les pathologies cardiaques complètent le podium.

Le coût total des soins lié aux maladies chroniques est estimé à 94,5 milliards d’euros pour l’Assurance maladie.

Qu’est-ce qu’une affection de longue durée ?

Une affection longue durée est une maladie chronique à caractère grave, qui peut être qualifiée :

  • D’exonérante : c’est-à-dire prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie. En effet, les soins relatifs au traitement de l’ALD sont généralement très coûteux

OU

Il existe 3 types d’affections longue durée exonérantes :

  • Les affections inscrites sur une liste établie par le ministère de la Santé dites « ALD 30 ». Ce sont les ALD les plus courantes et souvent les plus coûteuses : AVC invalidant, diabète, insuffisance cardiaque grave, cancer, etc.
  • Les affections « hors liste » (ALD 31) : ce sont les formes évolutives ou invalidantes de maladies graves, nécessitant un traitement d’une durée supérieure à 6 mois, souvent onéreux. L’asthme, l’embolie pulmonaire répétitive ou encore l’ulcère chronique font partie des affections « hors liste ». Ces pathologies peuvent aussi être prises en charge à 100 % par la Sécurité sociale.
  • Les polypathologies : certains patients peuvent être atteints d’affections multiples, nécessitant un traitement lourd et long. Ces maladies peuvent être invalidantes : ainsi un patient souffrant d’hypertension, de diabète et de cholestérol peut être considéré comme souffrant d’une ALD (ALD 32) et bénéficie d’une prise en charge à 100 % pour ses dépenses de santé en rapport avec ses pathologies

Quant aux ALD non exonérantes, elles nécessitent un arrêt de travail et un traitement d’une durée supérieure à 6 mois, mais le patient n’est pas pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie dans le cadre de ses soins. Parmi les ALD non exonérantes on compte : le glaucome, l’arthrose, l’hypothyroïdie, l’épilepsie, etc.

Quelles sont les maladies chroniques qui connaissent un essor ?

Alors que le diabète reste la maladie chronique la plus répandue, ce sont les maladies cardiaques (insuffisance cardiaque, trouble du rythme cardiaque et cardiopathies) qui connaissent la plus forte progression depuis 2014 avec +18,6 % de malades en plus.

Suivent les tumeurs malignes dont la prévalence augmente de 17,1 %.

Enfin, le nombre de Français souffrant d’affections psychiatriques de longue durée (hors démences de type Alzheimer), s’accroît lui aussi vivement (+13,2 %).

En réalité, si l’on ajoute le nombre de patients soignés pour une pathologie qui s’apparenterait à une maladie chronique, qu’elle soit reconnue ou non, en tant que telle par l’Assurance maladie, le nombre de personnes concernées atteignait plutôt les 20 millions de Français en 2015, soit 35 % de la population.

La prise en charge des maladies chroniques : un coût exorbitant pour l’Assurance maladie

Alors que la plupart des maladies chroniques bénéficient d’une prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale, le coût total des dépenses liées s’élevait à 94,5 milliards d’euros en 2015.

Les principaux postes de dépenses de l’Assurance maladie en termes de maladies chroniques étaient alors les suivants :

  • Maladies psychiatriques et psychotropes : 22,5 milliards d’euros
  • Cancers : 16,8 milliards d’euros
  • Maladies cardio-neurovasculaires : 15,8 milliards d’euros
  • Diabète : 8,1 milliards d’euros
  • Maladies neurologiques ou dégénératives : 6,7 milliards d’euros

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.