LURA : quel impact sur les retraites à partir de 2018 ?

PUBLIÉ LE :
LURA : quel impact sur les retraites à partir de 2018 ?
fotolia

En vigueur depuis le 1er juillet 2017, la liquidation unique des régimes alignés (LURA) permet à un assuré polypensionné de liquider l’ensemble de sa retraite lorsqu’il a cotisé dans les trois régimes alignés (Régime général, Sécurité sociale des indépendants, Mutualité sociale agricole). Le principe de la LURA est de calculer et de verser une pension unique.

Selon le dossier constitué par la revue Cadr’@ge, qui relaie les études récentes de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), ce dispositif aura des répercutions sur l’évolution des masses financières versées et sur le nombre de prestataires pris en charge par les régimes.

Un quart des retraités passera par la LURA

D’après le modèle de projection utilisé par la CNAV, les assurés qui partiront à la retraite en 2018, dans le cadre de la LURA, représenteront environ un quart des polyaffiliés.

Dans 9 cas sur 10, les assurés qui ont été affiliés à la MSA salarié et au régime des indépendants sont passés par le Régime général. Inversement, ils ne sont qu’un quart parmi les assurés du régime général à avoir été affiliés à ces régimes.

Ainsi, pour les départs en retraite prévus à partir de 2020, presque tous les affiliés de l’ancien régime des travailleurs indépendants (96 %) et de la MSA salarié (92 %) seront liquidés en LURA et environ un quart parmi les affiliés du régime général.

Des conséquences dont l’ampleur varie selon les régimes

Les prévisions de la CNAV anticipent une diminution, de 8 à 9 % entre 2018 et 2020, du nombre de liquidation dans les régimes alignés. La Sécurité sociale pour les indépendants et la MSA salarié devraient perdre chacune près des deux tiers de leurs liquidations.

Après 2020, le taux d’assurés du régime général liquidés par les caisses déléguées pour la sécurité sociale des indépendants ou la MSA devrait se stabiliser autour de 9 %.

Côté MSA, ce taux de liquidations « perdues » devrait s’accentuer jusqu’en 2040 pour atteindre près de 80 %. Selon les prévisions de la CNAV ces pertes sont liées d’une part au fait que davantage d’affiliés MSA finiront leur carrière au régime général, et d’autre part la dérogation désignant la MSA comme régime liquidateur pour les affiliés ayant été également exploitants agricoles va perdre de son importance avec la diminution de cette population des exploitants.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.