L’impact du coronavirus sur les dépenses de santé

PUBLIÉ LE :
L’impact du coronavirus sur les dépenses de santé
Adobe Stock

Publiées le 23 juillet 2020, les dernières données statistiques de l’Assurance maladie indiquent que le recours aux soins, bouleversé depuis le début du confinement, continue d’être plus faible que la normale : « les mesures de confinement mises en place à partir du 17 mars ont perturbé considérablement le recours aux soins ; depuis la fin de la période du confinement et par rapport à cette période, l’activité de soin a augmenté sans retrouver pour le mois de juin son niveau d’avant confinement », indique le communiqué en préambule. Malgré cela, les dépenses de régime général ont augmenté de 1,8 % sur un an.

Ainsi, le rapport constate une baisse de remboursement très importante sur certains soins :

  • Les soins médicaux et dentaires ont été parmi les plus impactés par la crise sanitaire : - 15 % sur les 6 premiers mois de 2020, -6,5 % sur les 12 derniers mois. Dans le détail, durant les 6 premiers mois de 2020, les remboursements ont reculé :
    • De -9,9 % pour les soins de généralistes
    • De -15,7 % pour les soins spécialisés
    • De -24,3 % pour les soins dentaires
  • Le remboursement des soins pratiqués par les auxiliaires médicaux a largement diminué pour le premier semestre de 2020 (-9 %). Parmi eux, le remboursement des soins de masso-kinésithérapie a drastiquement diminué, subissant une baisse de -25,9 %. À l’inverse, le remboursement des soins infirmiers a progressé de 3,1 %
  • Le remboursement d’analyse médicale recule de -4,8 % en 6 mois, et les remboursement de transports baissent de -13,7 % sur la même période

Quelques postes ont cependant (faiblement) augmenté, malgré une baisse sensible durant la période perturbée par la crise sanitaire :

  • Malgré une baisse de -1,5 % sur les 6 premiers mois de l’année, le remboursement des soins de ville a augmenté de +0,8 % sur un an
  • Le remboursement des médicaments a diminué de -0,1 % depuis janvier, mais augmenté de 1,2 % sur un an

À NOTER

Le versement d’indemnités journalières a quant à lui largement augmenté de +36,5 % ; conséquence de l’instauration des arrêts de travail dérogatoires pendant la période de l’état d’urgence sanitaire.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.