Les objectifs prioritaires du ministère des Solidarités et de la Santé pour 2021

PUBLIÉ LE :
Les objectifs prioritaires du ministère des Solidarités et de la Santé pour 2021
Olivier Véran

Le compte rendu du Conseil des ministres du 17 février 2021 intègre un point sur les réformes prioritaires dont le ministère des Solidarités et de la Santé est chargé en matière de solidarité. Focus.

Lutte contre les pensions alimentaires impayées

Depuis octobre 2020, un service public de versement des impayés de pensions alimentaires est mis en place. L’objectif : offrir aux parents séparés de nouveaux droits, et de nouvelles garanties sécurisant le paiement des pensions alimentaires – pour rappel, près de 30 % des pensions alimentaires sont impayées, un phénomène touchant près de 300 000 familles en France.

La mesure a d’abord été lancée le 1er octobre 2020, au bénéfice des seules familles rencontrant des situations d’impayés. Au 1er janvier 2021, elle a été élargie à l’ensemble des parents qui le souhaitent, sans condition et avant même que la situation d’impayé ne survienne.

Depuis son entrée en vigueur, 18 000 demandes d’intermédiation ont été réalisées, et 3 370 familles ont pu bénéficier d’une pension alimentaire versée par l’intermédiaire de ce nouveau service public. Prochaine étape pour le gouvernement : continuer à faire connaître ce dispositif à tous les parents séparés.

Accompagner les proches-aidants

La France compte 11 millions d’aidants d’un proche en perte d’autonomie. En octobre 2019, Édouard Philippe, alors Premier Ministre, lançait la stratégie nationale « Agir pour les aidants » 2020-2022, comprenant trois chantiers : le déploiement du congé du proche aidant indemnisé, le renforcement de solutions de répit et une meilleure information sur les droits des aidants.

Au 1er octobre 2020, le congé du proche aidant était déployé : depuis, 1 700 demandes ouvrant droit à l’allocation journalière de proche aidant ont été traitées par les caisses d’allocations familiales (CAF).

Allongement du congé paternité

Prévue par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2021, la mesure n’est pas passée inaperçue : l’allongement de la durée totale du congé de paternité et d’accueil de l’enfant à 28 jours, soit le doublement de la durée de ce congé, dès le 1er juillet 2021.

En 2019, 332 772 pères ou conjoints ont pris un congé paternité ou d’accueil de l’enfant, d’une durée moyenne de 10 jours. Sans grande surprise, l'objectif du gouvernement pour l'année à venir est d'augmenter le recours et la durée de ce congé.

Déploiement de l’entretien prénatal précoce

Depuis le 1er mai 2020, l’entretien prénatal précoce est rendu obligatoire pour les futurs parents. Une mesure issue de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020.

L’entretien prénatal précoce était insuffisamment réalisé : seules 28,5 % des femmes déclaraient y avoir eu recours en 2016 ; en 2019, 37 % des femmes concernées indiquaient avoir réalisé cet entretien.

L’objectif gouvernemental : un taux de recours à cet entretien de 70 % à l’horizon 2022.

Soutenir les professionnels du grand-âge et de l’autonomie

Le secteur du grand âge, et plus généralement de l’autonomie, fait face à un besoin structurel de personnel, appelé à augmenter ces prochaines années. Or, les difficultés de recrutement et de pérennisation de ces emplois sont majeures, et la réponse à ce déficit d’attractivité est urgente. Le gouvernement souhaite engager le pays dans les transformations nécessaires pour appréhender ces transformations sociétales.

L’objectif d’ici 2022 est d’atteindre 6 000 places supplémentaires en Institut de formation en soins infirmiers (IFSI), et 6 600 en Institut de formation d’aides-soignants (IFAS).

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.