Les organismes de complémentaire santé proposent la prise en charge de consultations de psychologues

PUBLIÉ LE :
Les organismes de complémentaire santé proposent la prise en charge de consultations de psychologues
Adobe Stock

Dans le cadre de l’évolution de la crise sanitaire, Santé publique France a lancé une enquête CoviPrev afin d’évaluer l’impact de l’épidémie de COVID-19 sur la santé mentale de la population, en mars 2020. Le dernier bulletin de surveillance syndromatique de la santé mentale, établi du 8 au 14 mars 2021, montre :

  • Une hausse des passages aux urgences pour geste suicidaire et troubles de l’humeur chez les enfants de moins de 15 ans ;
  • Une hausse des actes médicaux SOS Médecins pour angoisse chez les enfants de moins de 15 ans ;
  • Une évolution notable de certains indicateurs, tels que l’alcool, chez les adultes.

Afin de tenir compte de ces évolutions, les trois principales fédérations d’Organisme complémentaire d’assurance maladie (OCAM) – la fédération française de l’assurance (FFA), le Centre technique des institutions de prévoyance (CTIP) et la fédération nationale de la mutualité française (FNMF) – se sont engagés, lundi 22 mars 2021, à rembourser pour tous les assurés 4 consultations annuelles chez un psychologue.

Cette annonce intervient dans un contexte de réflexion générale sur la prise en charge des psychothérapies puisque le 16 février 2021, un rapport de la Cour des comptes sur « les parcours dans l’organisation des soins de psychiatrie » vise à comprendre l’organisation des soins psychiatriques et que la Caisse nationale assurance maladie (CNAM) a fait le point sur l’expérimentation dans 4 départements de la prise en charge à 100 % de séances de psychothérapie pour des troubles de santé mentale légers à modérés dans le cadre du parcours de soins coordonnés. Enfin, le 10 mars 2021, le ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé le lancement d’une plateforme nationale santepsy.etudiant.gouv.fr pour permettre aux étudiants de consulter gratuitement un psychologue durant la crise sanitaire.

Prise en charge des consultations chez le psychologue

La prise en charge annoncée par les trois organismes de complémentaire santé se fera « tout au long de l’année […] au 1er euro des consultations de psychologues au bénéfice de leurs assurés couverts part un contrat de complémentaire santé ».

Jusqu’à 4 consultations pourront être remboursées par an, dans une limite de 60 euros par séance.

Selon la FNMF, la prise en charge pourrait aussi être conditionnée à une orientation médicale. De son côté, la Mutualité française affirme que « les représentants des organismes complémentaires à l’assurance maladie initieront prochainement un échange avec les représentants des syndicats professionnels des psychologues et des médecins, pour la mise en œuvre de cette mesure. »

Points à éclaircir

Par rapport à ces annonces, certains points restent à éclaircir :

  • L’entrée en vigueur de cette mesure ;
  • Les conditions précises de prises en charge.

Mercredi 23 mars, le président de la FNMF, Thierry Beaudet, a laissé entendre que cette mesure pourrait être pérenne, et se prolonger au-delà de la crise actuelle. Toutefois, cette annonce sur la perpétuation de la prise en charge n’a pas été confirmée par les autres grandes fédérations.

Point sur les contrats collectifs

Étant donné le caractère « extracontractuel » de cette mesure, les remboursements ne nécessiteront pas une modification des contrats collectifs.

En outre, tous les assurés devraient être concernés par cette prise en charge, y compris les assurés des contrats non responsables, au ticket modérateur, et les assurés de la Complémentaire santé solidaire (CSS).

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.