Les dépenses de santé ont plus que triplé depuis 65 ans

PUBLIÉ LE :

La part de consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) a été multipliée par 3,5 dans la richesse nationale depuis 65 ans : elle est passée de 2,5 % du PIB dans les années 1950 à 8,9 % en 2015.

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DRESS), qui établit ce constat dans son rapport de juillet sur les dépenses de santé, reconnait que cette croissance de la dépense s’est accompagnée d’une amélioration régulière de la santé de la population : ainsi, l’espérance de vie a progressé de 16 années de 1950 à 2015.

La croissance des dépenses de santé est plus modérée entre 1985 et 2015

Depuis les années 1980, les mesures prises pour maîtriser la croissance des dépenses de santé sont parvenues à ralentir la croissance de la consommation de soins et biens médicaux (la CSBM concerne les consultations médicales, analyses de sang, soins hospitaliers, consultations dentaires, transports sanitaire, médicaments, etc. – hors soins aux personnes handicapées et aux personnes âgées vivant en institution).

Parmi ces mesures, la mise en place des franchises médicales, de la participation financière ou encore, le déremboursement de certains médicaments.

La part de l’Assurance maladie dans la CSBM se stabilise autour de 77 % jusqu’en 2015, ce taux est notamment lié à l’accroissement du nombre de patients atteints d’une affection de longue durée (ALD), bénéficiant d’une prise en charge intégrale par l’Assurance maladie des soins inhérents à leur maladie chronique.

La diffusion des complémentaires santé a permis une baisse du reste à charge des ménages

La part financée par les organismes complémentaires (sociétés d’assurances, mutuelles, institutions de prévoyance) est passée de 10,4 % à 13,4 % de la dépense entre 1990 et 2010.

Entre les années 1960 et les années 1980, la part de la population couverte par une complémentaire santé progresse de 31 % à 69 %. Au début, ces couvertures complémentaires concernaient principalement les salariés des grandes entreprises, mais la complémentaire santé a continué à se généraliser pour tous les ménages, notamment grâce à des dispositifs d’aide type CMU-C et aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS).

La proportion de personnes couvertes par un contrat complémentaire est ainsi passée de 83 % en 1994 à 95 % en 2012.

Le financement des sociétés d’assurances et des Institutions de prévoyance n’est connu que depuis 1990. Auparavant, les dépenses étaient comptabilisées avec celles des ménages.

Les administrations centrales et locales recouvrent l’aide médicale de l’État (AME), la CMU-C, les prestations aux invalides de guerre, les soins urgents

Source : DREES Comptes de la santé

© fotolia

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.