Le Président de la République revient sur l’ouvrage inachevé de la dépendance

PUBLIÉ LE :

Jeudi 12 avril, Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé déclarait sur RTL qu’elle entendait ouvrir un débat sur l’organisation du financement de la dépendance.

Hier soir, le président de la République, dans son interview sur BFM-TV - RMC et Mediapart est revenu sur le sujet en prenant l’engagement « d’aller chercher l’argent pour financer la dépendance. »

En évoquant un mécanisme de solidarité nationale, le chef de Etat serait-il en train de rouvrir le chantier de la cinquième branche de la Sécurité sociale consacrée à la perte ?

Promise pendant le quinquennat du Président Nicolas Sarkozy, ce « cinquième risque » a été abandonné en rase campagne faute de pouvoir (ou de vouloir) trouver les ressources nécessaires.

Quant à la loi du 28 décembre 2015 sur l’adaptation de la société au vieillissement, malgré les avancées qu’elles apportent, elle n’est pas arrivée à mettre en place un financement pérenne au regard des sommes en jeux.

Selon les derniers chiffres du ministère de la santé et des solidarités, d’octobre 2017, les dépenses de prise en charge des personnes âgées dépendantes représentaient 30,0 milliards d’euros en 2014, soit 1,40 point de PIB, dont plus de 6 milliards sont finances par les ménages eux-mêmes (reste à charge). Cette dépense pourrait augmenter fortement en 2060 pour atteindre 2,07 points de PIB.

Le Président de la République qui souhaite qu’un projet soit présenté fin 2018, début 2019, a en même temps déclaré qu’il n’était pas contre l’instauration d’une 2ième journée de solidarité travaillée mais non payée.
Créée en 2004, la journée de solidarité rapporte environ 2,4 milliards d’euros sur la base des versements effectués par les employeurs, selon la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie qui en assure la gestion.

Pourquoi un 5°risque ?

Quatre types de risques sont actuellement financés par la Sécurité sociale :

  1. La branche maladie
  2. La branche accidents du travail et maladies professionnelles
  3. La branche vieillesse et veuvage
  4. La branche famille

La dépendance serait donc le cinquième si un financement spécifique voyait le jour.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.