Le montant moyen de la retraite en France est de 1 376 € bruts par mois

PUBLIÉ LE :

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques vient de mettre en ligne son ouvrage « Les retraités et les retraites – édition 2017 ».

Toutes les données disponibles jusqu’en 2015 sur la retraite obligatoire de base et complémentaire et sur la retraite facultative sont recensées.

La France compte 16 millions de retraités de droit direct

Au global, 17,1 millions de retraités perçoivent au moins une pension de droit direct ou dérivé à la fin 2015, sachant que la plupart des retraités perçoivent des pensions de retraite issues de plusieurs régimes (1 retraité sur 3 est polypensionné) :

  • 13,9 millions de bénéficiaires d’un droit direct ou dérivé du régime général des salariés du privé (CNAV)
  • 2,5 millions de retraités du régime agricole salariés (MSA salariés)
  • 2,2 millions de retraités de la fonction publique d’État (civile et militaire)
  • 1,5 million de retraités avec et le régime agricole non-salariés (MSA non-salariés)
  • 1, 16 million de retraités du RSI commerçants
  • 0, 9 million de retraités du RSI artisans

555 000 personnes bénéficient d’une allocation minimum vieillesse (ASV ou ASPA) leur permettant d’atteindre un niveau minimal de ressources.

Premier poste de dépenses de la protection sociale, les pensions de vieillesse s’élève à plus de 300 milliards d’euros en 2015.

La pension moyenne de droit direct augmente

La pension mensuelle moyenne droit direct, y compris éventuelles majorations pour enfants, s’élève à 1 376 euros fin 2015.

Ce montant moyen a progressé de 4,4 % par rapport à 2010.

Toutefois, la pension moyenne diminue en 2015 à l’AGIRC (en raison d’une baisse du rendement des cotisations), à la MSA salariés, à la MSA non-salariés et dans les deux branches du RSI (en raison notamment de durées de validation dans ce régime plus courtes que les anciennes générations).

Les pensions sont les plus élevées pour les retraités ayant pour régime principal d’affiliation les régimes des professions libérales, de la fonction publique d’État et des régimes spéciaux.

Les pensions les plus faibles sont versées aux retraités ayant pour régime principal d’affiliation les régimes de la MSA et du RSI.

Les écarts de pension entre les hommes et les femmes persistent mais tendent à se réduire :

les femmes perçoivent un montant de retraite de droit direct, y compris la majoration pour enfants, inférieur de 39,2 % à la pension des hommes en 2015, contre 45,8 % en 2004. En tenant compte des pensions de réversion, cet écart est plus faible : 25,1 % en 2015.

Cet écart de pension est notamment dû aux écarts de salaires pendant la vie active. En effet la différence au niveau du taux de remplacement est plus faible : parmi les retraités ayant accompli une carrière complète, hors non-salariés, le taux de remplacement net médian des hommes est de 74,9 % et celui des femmes de 74,7 %, soit 0,2 point d’écart seulement.

Un départ à la retrait de plus en plus tardif

L’effectif total des retraités est en hausse de 152 000 personnes par rapport à l’année précédente.

Le nombre de nouveaux retraités baisse légèrement en raison notamment de la réforme sur le recul de l’âge de la retraite.

Le recul de l’âge légal d’ouverture des droits contribue à la diminution du nombre des nouveaux retraités en 2015 de l’ordre de 7 % à 10 %.

Toutefois, certains dispositifs permettent des départs anticipés. Aussi en 2015, les départs anticipés pour carrière longue représentent 18 % à 32 % des départs selon les régimes.

En 2015, l’âge moyen des nouveaux retraités à la liquidation est de 61,7 ans

À noter qu’à l’approche des 60 ans, le risque d’être principalement au chômage s’accroît : 6 % des hommes et 8 % des femmes sont dans cette situation à 55 ans, contre 16 % des hommes et des femmes à 59 ans.

Par ailleurs, entre 5 % et 8 % des assurés continuent d’exercer une activité après leur départ à la retraite. Ainsi, fin 2015, 5 208 personnes sont en retraite progressive au régime général, dont 65 % de femmes, soit une évolution de 70,4 % par rapport à fin 2014. 481 000 personnes (dont 40 % de femmes) cumulent leur retraite avec une activité.

La retraite supplémentaire ne représente que 1,9 % du total des prestations de retraite en 2015

Fin 2015, plus d’une personne en emploi sur cinq cotise à un contrat de retraite supplémentaire.

12,2 millions de personnes détiennent un contrat de retraite supplémentaire en cours de constitution. Leur nombre progresse de 8 % en 2015. Le montant moyen des versements par adhérent augmente légèrement pour une majorité de produits.

Produits d’épargne retraite individuels

Les produits d’épargne retraite individuels souscrits hors du cadre professionnel représentent 3 millions d’adhérents (en phase de constitution du contrat), dont 2,2 millions pour le seul PERP. 926 000 adhérents sont bénéficiaires d’une rente viagère.

La cotisation annuelle moyenne par adhérent est de 934 euros en 2015.

Dispositifs d’épargne retraite pour les indépendants

Les dispositifs destinés aux professions indépendantes représentent 1,5 million de contrats en cours de constitution. 249 000 assurés sont bénéficiaires d’une rente viagère.

La cotisation annuelle moyenne sur un contrat Madelin est de 2 224 €.

Elle est de 944 euros sur un contrat exploitant agricole.

Dispositifs de retraite supplémentaire des salariés

Les dispositifs de retraite supplémentaire destinés aux salariés du privé (hors PERCO) représentent 5,5 millions d’adhérents en phase de constitution du produit. 935 000 salariés sont bénéficiaires d’une rente viagère.

La cotisation annuelle moyenne par adhérent est de 992 euros sur un PERCO et de 664 euros sur un contrat collectif retraite type « article 83 ».

Au total, en 2015, les dispositifs de retraite supplémentaire représentent 207 milliards d’euros de provisions mathématiques, 13 milliards d’euros de cotisations et 6 milliards de prestations.

© fotolia

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.