Le marché de la délégation d’assurance emprunteur reste timide

PUBLIÉ LE :
Le marché de la délégation d’assurance emprunteur reste timide
Fotolia

Magnolia.fr, comparateur et courtier en assurance de prêt, a réalisé un sondage sur l’ouverture du marché de l’assurance crédit immobilier à la concurrence (délégation d’assurance) notamment grâce à :

  • La loi Hamon, qui ouvre un délai d’un an à compter de la signature de l’offre de prêt pour changer d'assurance
  • La loi Bourquin, qui permet de substituer une assurance de prêt à chaque date anniversaire du contrat

Lire : Peut-on choisir son contrat d’assurance emprunteur ?

Dans le cadre d’un contrat immobilier, la délégation d’assurance permet aux emprunteurs de souscrire un contrat d’assurance de prêt auprès de l’assureur de leur choix, sous condition que ce contrat d’assurance présente un niveau de garantie équivalent à celui proposé par la banque qui leur accorde le crédit.

Les résultats montrent que le recours à la délégation d’assurance reste faible. En cause, selon Magnolia.fr, un manque de pédagogie et d’information, notamment de la part des organismes bancaires, réfractaires à l’idée de voir leurs clients partir.

Quand aux particuliers ayant cédé aux sirènes de la délégation d’assurance, c’est majoritairement pour des raisons économiques.

Délégation en assurance emprunteur : un marché encore timide

Près d’un an après l’entrée en vigueur de la loi Bourquin permettant aux emprunteurs de résilier leur contrat d’assurance de prêt immobilier à chaque date d'anniversaire, peu d’emprunteurs ont sauté le pas.

Astrid Cousin, porte-parole de Magnolia.fr, évoque certaines pistes tendant à expliquer cette faiblesse du marché :

« Nous constatons que les banques n’informent pas suffisamment leurs clients de leur droit et les dissuadent parfois de recourir à la délégation. Cette situation se traduit donc par un mauvais accompagnement des particuliers et par des pratiques douteuses des banques visant à refuser de manière illégitime un grand nombre de demandes de délégation d’assurance (courriers de refus aberrants, allers/retours incessants entre la banque et l’emprunteur, dépassement des délais de réponse…). Un contrôle plus intensif de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) afin de s’assurer que les banques jouent bien le jeu serait une solution efficace. Quant à la pédagogie sur le changement d’assurance-emprunteur, elle restera primordiale et devra encore être renforcée ».

Délégation en assurance : profil-type des souscripteurs en 2018

Parmi les souscripteurs d’un contrat en délégation d’assurance :

  • On compte une légère majorité d’hommes (54 % contre 46 % de femmes)
  • Dans 72 % des cas, les dossiers de délégation d’assurance sont faits par des couples
  • L’âge moyen des emprunteurs est de 41 ans
  • Les salariés cadres (31 %) et non cadres (38 %) y ont le plus recours
  • En moyenne, les particuliers ont demandé à résilier leur assurance emprunteur 4 à 5 ans après la signature de leur contrat. La durée restant de leur crédit était en moyenne de 14 ans, pour un capital restant dû de 203 300 €

Changer d’assurance emprunteur : des raisons économiques

D’après les résultats du sondage, c’est principalement l’aspect économique qui motive les particuliers à changer de contrat d’assurance emprunteur (87 %).

Pour 30 % des répondants, le changement de contrat a permis de réaliser plus de 5 000 € d’économies et 42 % d’entre eux ont économisé entre 1 000 et 5 000 €.

Des banques réticentes à laisser partir leur clients

Plus de 76 % des sondés révèlent n’avoir eu aucune hésitation à résilier leur contrat d’assurance emprunteur. Ce qui peut dénoter d'une absence d’attachement à leur établissement bancaire. Organismes bancaires qui semblent d’ailleurs quant à eux plutôt réticents à laisser partir leurs clients.

Ainsi, 21 % des personnes passées par la délégation d’assurance affirment que dans 30 % des cas, les démarches se sont déroulées « difficilement », à cause notamment des réticences de leur banque.

En parallèle, les formalités ont été réalisées « facilement », « plutôt bien », dans 49 % des cas. 63 % des assurés ont déclaré que les démarches de changement de contrat ont été plutôt rapides (moins de 3 mois).

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.