Le Cercle de l’épargne dresse la liste des difficultés qui attendent le gouvernement sur la route de la Réforme des retraites

PUBLIÉ LE :
Le Cercle de l’épargne dresse la liste des difficultés qui attendent le gouvernement sur la route de la Réforme des retraites
Fotolia

Alors que le gouvernement lance aujourd’hui une vaste consultation sur la réforme des retraites, Le Cercle de l’épargne avertit, dans une note publiée ce jour, que cette grande réforme systémique sera tout sauf facile, pour contenter des Français qui, déjà, ne sont pas tendres avec le système actuel.

Des Français favorables à la réforme, mais…

En effet, la dernière enquête Le Cercle de l’Épargne / Amphitéa, montre que la majorité des sondés considère que le système de retraite est injuste (75 %) et inefficace (80 %) pour fournir un niveau de pension correct, les femmes et les personnes à faible revenu étant les plus critiques.

Si les Français dans leur ensemble sont favorables à une réforme, des différences apparaissent dans son degré, selon les statuts. Selon l’enquête 53 % se prononcent en faveur d’un régime unique avec une seule caisse de retraite tandis que 34 % préfèrent l’instauration d’un cadre unique mais conservant des spécificités selon les statuts professionnels.

##altImage##

Les retraités qui ne sont pas concernés par la réforme sont à 64 % favorables à une unification totale. Les indépendants (artisans, commerçants, chefs d’entreprise, professions libérales) sont également des partisans de l’unification.

Les salariés du secteur public sont les plus réticents avec simplement 37 % qui adhèrent à l’idée de l’unification et 38 % qui préféreraient une convergence des règles avec le maintien de certaines spécificités, 25 % étant pour le statu quo.

Quels seront les obstacles ?

Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne, rappelle que « l’unification des régimes de retraite est un gigantesque chantier qui peut potentiellement concerner tous les actifs travaillant en France, soit plus de 30 millions de personnes. » L’économiste dresse alors la liste des différents dossiers difficiles voire « politiquement à risque ». Parmi eux figurent :

  • Le devenir des régimes complémentaires gérés par les syndicats dans le futur régime unique
  • Les réactions des syndicats dans les régimes spéciaux sur l’intégration de ces derniers dans le futur régime universel.
  • Le passage du système à l’autre en sachant que la réforme doit s’appliquer à compter de 2025 avec un lissage possible sur 10 ans. Quelle que soit la solution : réserver le nouveau système aux nouveaux entrants dans la vie active (guère probable), maintenir les droits acquis, ou valoriser les cotisations passées, il y aura obligatoirement des gagnants et des perdants qu’il faudra le cas échéant indemniser
  • Le respect de la règle du « un euro cotisé donne des droits identiques » compte tenu des différences d’espérance de vie
  • L’organisation du maintien du niveau de la pension des fonctionnaires égale à 75 % des traitements des six derniers mois sans créer de nouvelles inégalités de traitement avec les autres actifs
  • Le risque d’une augmentation substantielle des cotisations des travailleurs indépendants en cas d’intégration de leurs régimes dans un système universel
  • Le financement des dispositifs de solidarités (majorations pour enfants réversion, minimum contributifs, minimum vieillesse, etc.)
  • La désignation des organes compétents pour gérer le régime avec un système unique et des actifs relevant de statuts différents. Quel avenir pour le paritarisme ? Qui sera compétent pour fixer les règles d’indexation des pensions ainsi que la valeur d’achat et de rachats des points ? L’État, le Parlement, la direction du régime unique ?
  • Le financement de l’achat de points pas les salariés qui seront exonérés de cotisation

En résumé : entre l’exigence d’équité particulièrement forte au sein de l’opinion publique et la crainte de voir disparaître des avantages acquis, on ne peut que souhaiter bon courage au gouvernement.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.