La santé des Français s’améliore

PUBLIÉ LE :

Dans le dernier rapport 2017 sur la santé des Français, la Direction de la Recherche, des études, des évaluations et des statistiques (DREES) remarque que l’état de santé des Français continue de s’améliorer, mais à un rythme moins soutenu.

L’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes se comble

Les Françaises ont une espérance de vie parmi les plus importantes d’Europe : 85 ans en 2015. Depuis 10 ans, elles ont vu leur espérance de vie progressée d’1,2 an.

De leur côté, les Français ont une espérance de vie plus courte de 78,9 ans, ce qui reste dans la moyenne européenne, mais leur espérance de vie progresse plus rapidement que celle des femmes. En 10 ans, les hommes ont gagné 2,2 ans d’espérance de vie.

La diminution de l’écart d’espérance de vie entre hommes et femmes se constate dans quasiment tous les pays d’Europe.

Un recul de l’espérance de vie entre 2014 et 2015

L’augmentation de la mortalité des personnes âgées, due à l’épidémie de grippe de cet hiver, a entraîné un recul de l’espérance de vie de 0,4 ans pour les femmes et 0,3 ans pour les hommes. C’est la première fois depuis l’après-guerre.

Les spécialistes du Ministère avancent deux raisons à ce fléchissement ponctuel mais marqué :

  • Les personnes très âgées et fragiles sont en augmentation, aussi des périodes climatiques difficiles (canicule ou hiver rigoureux) ou des épidémies qui les touchent fortement, se ressentent sur les chiffres globaux
  • L’accroissement des facteurs de risque de maladies chroniques influe également sur la baisse de l’espérance de vie : avec notamment la consommation de tabac qui diminue très lentement et l’obésité des adultes qui progresse

Réduction de la mortalité prématurée (avant 65 ans)

La baisse de la mortalité prématurée se confirme :

  • Chez les hommes, elle a diminué de 22,9 % entre 2000 et 2013
  • Chez les femmes, elle a diminué de 15,1 %, mais elles restent moins concernées par les décès prématurés

La mortalité par cancer a baissé en moyenne de 1,5 % chez les hommes et de 1% chez les femmes entre 1980 et 2012. La mortalité tous cancers restent toutefois plus élevée chez les hommes.
Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité chez les femmes, devant les cancers, à l’inverse des hommes.

Malgré ces améliorations, les décès prématurés (avant 65 ans) restent importants en France par rapport à d’autres pays européens. Pourtant, ces chiffres pourraient encore diminuer car la mortalité évitable représente 30 % de la mortalité prématurée.

La mortalité évitable est liée aux comportements à risque : décès pouvant être évités par une réduction du tabagisme, de la consommation nocive d’alcool, de la conduite routière dangereuse...

En France, cette mortalité prématurée est encore deux fois plus importante chez les hommes que chez les femmes.

© fotolia

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.