La pauvreté et le non-recours aux prestations sociales augmentent

PUBLIÉ LE :
La pauvreté et le non-recours aux prestations sociales augmentent
fotolia

Faisant écho à la Caisse nationale d’allocation familiale (CNAF) qui souhaite lancer une recherche au niveau national afin d’identifier les personnes qui passent à côté de prestations sociales auxquelles elles ont droit, le Secours catholique a publié, vendredi 10 novembre, son rapport annuel sur l’état de la pauvreté en France. À travers ce rapport, l’association tente de déconstruire les préjugés qui circulent au sujet des populations les plus pauvres, notamment en ce qui concerne l’assistanat et les fraudeurs, en livrant des chiffres sur le non-recours aux droits sociaux.

À NOTER

Mercredi 8 novembre, Les Echos publiait les chiffres de Pôle emploi. Selon leurs informations, 86 % des personnes contrôlées ont démontré qu'elles remplissaient bien leurs obligations. Et sur les 14 % radiées in fine, 40 % étaient indemnisées par Pôle emploi, les autres relevant soit du régime de solidarité (23 %) ou ne touchant plus rien (36 %).

Basé sur les rencontres faites avec les 1,4 millions de personnes accompagnées par l’association en 2016, le rapport du Secours Catholique constate une hausse de la pauvreté paradoxalement accompagnée d’une hausse constante de non-recours aux aides sociales, en particulier en ce qui concerne les allocations familiales et le Revenu de solidarité active (RSA).

La part des ménages sans ressources augmente

D’après les statistiques de l’association pour l’année 2016 :

  • Le revenu médian des ménages qui perçoivent des revenus du travail et des prestations sociales a légèrement baissé passant de 1 095 € à 1 089 €
  • Le revenu médian des ménages qui perçoivent uniquement des revenus du travail est passé de 866 € en 2015 à 856 € en 2016
  • Le pourcentage des ménages ne percevant aucune ressource est passé de 14 % en 2010 à 18 % en 2015 à 19 % en 2016

Selon l’association, les ménages ne percevant aucune ressource sont dans un tiers des cas des hommes seuls et dans un quart des cas des couples sans enfant.
Parmi les sans ressources, 50 % ont moins de 35 ans, 50 % sont des ménages étrangers sans statut et un quart sont Français.

Non-recours aux prestations sociales

En 2016, 64,4 % des ménages aidés par le Secours Catholique perçoivent au moins une aide sociale de l’État. Cette proportion est en baisse par rapport à 2010 et à 2013. D’après l’association, cette baisse s’expliquerait par une diminution du nombre de ménages percevant des allocations familiales et, dans une moindre mesure, d’une baisse du recours aux aides au logement.

Le Secours Catholique note que le non-recours aux droits et notamment aux allocations familiales est très élevé parmi les ménages étrangers : « En 2016, nous estimons que seuls 69 % des ménages français ou étrangers en règle avec au moins deux enfants de moins de 20 ans à charge touchent des allocations familiales. Ce taux est bien plus faible parmi les étrangers, il atteint 57 % contre 77 % parmi les ménages français. »

Le rapport donne également les taux de non-recours au RSA socle : 40 % en 2016, soit 2 points de plus qu’en 2015 ; et de la prime d’activité : 70 %, soit 4 points de plus qu’en 2015.
Les populations étrangères sont toujours particulièrement concernées avec des taux de non-recours au RSA élevés : 48 % pour les étrangers Hors Union européennes et en règle et 71 % pour les étrangers de l’Union européenne contre 32 % pour les ménages français.

Cause du non-recours aux droits sociaux

Enfin, le Secours Catholique cite les raisons qui expliquent le phénomène de non-recours, d’après les travaux de l’Observatoire des non-recours aux droits et services (ODENORE) :

  • Complexité des procédures
  • Manque d’accès à l’information sur ces droits
  • Inhibition du fait d’une non-maîtrise de la langue
  • Refus d’une stigmatisation

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.