70 % des Français s’attendent à de grandes avancées en matière de santé

PUBLIÉ LE :
70 % des Français s’attendent à de grandes avancées en matière de santé
Fotolia

D’après une étude sur la santé du futur réalisée par l’institut Viavoice, pour le compte du groupe de protection sociale mutualiste Vyv, les Français s’attendent à des progrès scientifiques et techniques bénéfiques en matière de santé.

Certaines innovations en santé constituent tout de même une source d’inquiétude, surtout de la part des professionnels de santé, qui craignent notamment une détérioration de la relation patient-médecin.

Quant à la télémédecine, si la pratique est perçue comme un outil avantageux, elle reste encore peu utilisée.

Santé : des progrès scientifiques et techniques bénéfiques

L’étude révèle que 70 % des Français sondés et 69 % des médecins pensent que le progrès scientifique et technique va s’accélérer en matière de santé.

63 % des Français et 69 % des médecins ont même le sentiment que ces progrès en matière de santé seront bénéfiques pour eux et leurs proches.

Pour 51 % des Français et 62 % des médecins, les progrès attendus pour demain sont d’abord scientifiques ; ils concernent notamment les avancées de la recherche médicale qui permettront de guérir ou prévenir les cancers, le sida ou encore, la maladie d’Alzheimer. L’amélioration des soins de manière générale, plus efficaces, moins douloureux est également espérée.

Pour 37 % des Français et 28 % des médecins, les progrès attendus sont techniques. Ils espèrent notamment des avancées en matière de prothèses ou d’organes artificiels. Les nanotechnologies ou l’intelligence artificielle sont également citées comme des innovations phares pour améliorer les soins ou la prévention.

Les innovations en matière de santé, source d’inquiétude

Les innovations numériques et technologiques en matière de santé semblent causer quelques inquiétudes à certains et particulièrement aux médecins.

Ainsi, pour 47 % d’entre eux, la numérisation de certaines données personnelles en matière de santé est inquiétante ; avis partagé seulement 34 % des Français.

Par ailleurs, 66 % des professionnels de santé estiment que le développement des nouvelles technologies dans le domaine de la santé, le secret médical sera plus difficile à faire respecter qu’avant, car les données personnelles ne seront jamais vraiment sécurisées.

Troisième exemple : la moitié des médecins et 42 % des Français estiment que l’usage d’outils numériques en santé contribuera à détériorer à la relation patients-médecins. En cause notamment, une potentielle déshumanisation des relations, une automatisation des diagnostics, un recours plus grand à l’automédication à risque, un délitement de la confiance des patients envers leurs médecins, etc.

De l’utilisation (rare) de la télémédecine

La télémédecine, pratique remboursée par l’Assurance maladie depuis le 15 septembre dernier, reste peu usitée par les Français : 7 % du grand public et 13 % des médecins y ont déjà eu recours.

Pourtant, la télémédecine apparaît pour les Français comme un outil qui permettrait de mieux gérer la maladie, de mieux se connaître, d’accéder à l’information médicale et à des conseils.

Les médecins restent dans l’ensemble plus méfiants face à la télémédecine et craignent que les diagnostics numériques ne soient pas aussi fiables que ceux du médecin, ou encore, que les information délivrées soient fausses.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.