1,7 millions de personnes cumulent allocation de chômage et salaire (Enquête Unédic)

PUBLIÉ LE :
1,7 millions de personnes cumulent allocation de chômage et salaire (Enquête Unédic)
Adobe Stock

Depuis 20 ans (entre 1995 et 2017), la part d’allocataires de l’Assurance chômage qui travaillent au cours du mois est passée de 22 % à 46 % révèle l’Unédic dans une enquête sur les allocataires qui travaillent, menée en 2018 et publiée le 29 mars 2019.

En 2017, ils sont 1,7 millions a bénéficié de cette mesure appelée « cumul allocation-salaire » créée dans le but d’inciter les demandeurs d’emploi à la reprise d’activité.

Qu’est ce que le cumul allocation-salaire ?

Selon le montant de ses revenus d’activité par mois, un allocataire inscrit à Pôle emploi peut être indemnisé. Le cumul entre l’allocation de retour à l’emploi (ARE) et des revenus d’activité intervient dans deux cas de figure :

  • L’allocataire retrouve une activité avant la fin de son droit
  • L’allocataire exerçait plusieurs emplois, en a perdu un ou plusieurs, et en conserve un ou plusieurs

Le cumul est possible quelle que soit l’activité : CDD, missions d’intérim, CDI, activité non salariée, etc. L’emploi peut varier de quelques heures à plusieurs mois, à temps plein ou partiel. Il n’y a pas de plafond de rémunération horaire.

Le montant de l’allocation versée est calculé à partir des rémunérations issues de l’activité du mois. L’allocation correspond au montant de l’allocation mensuelle moins 70 % du revenu d’activité.

Pour pouvoir bénéficier de ce dispositif, la personne doit avoir un droit aux allocations chômage en cours, rester inscrite à Pôle emploi et s’actualiser chaque mois.

Les revenus d’activité composent l’essentiel du revenu des allocataires qui travaillent

83 % en moyenne du revenu disponible de ces allocataires provient des revenus du travail. Ils sont souvent modestes. En moyenne, ceux qui sont indemnisés déclarent un revenu d’activité mensuel de 830 € net et une allocation chômage de 490 €, soit 1 320 € au total.

Parmi les personnes interrogées par l’Unédic, près de 9 sur 10 vivent dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au niveau de vie médian (1 710 € net par mois) et 40 % des ménages concernés sont en dessous du seuil de pauvreté.

Parmi les autres sources de revenus, 1 personne sur 10 déclare percevoir la prime d’activité pour un montant moyen de prime de 163 € au mois de juin 2018.

59 % des allocataires qui travaillent sont salariés

Ces allocataires qui travaillent sont généralement salariés, pour plus de la moitié dans des entreprises privées, 59 %, et généralement en intérim. La nature et la durée de leurs emplois sont très variées. En juin 2018 :

  • 42 % des allocataires interrogés ont eu une activité en CDD ou intérim de plus de 31 jours
  • 29 % ont eu des CDD ou de l’intérim de 31 jours ou moins
  • 20 % occupaient un CDI, souvent à temps partiel
  • 10 % ont repris des contrats aidés, vacations ou exercent une activité non salariée

Selon l’Unédic, environ 6 personnes sur 10 sont dans une situation de réembauche, c’est-à-dire qu’elles ont déjà été embauchées par cet employeur par le passé.

7 % des personnes interrogées ont effectué au moins une activité non salariée au cours du mois et près de la moitié d’entre eux souhaiterait en faire leur activité principale.

Enfin, en juin 2018, 4 allocataires en emploi sur 10 ont travaillé l’équivalent d’un temps plein, soit 150 heures, mais seuls 18 % ont été indemnisés au titre de l’ARE.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.