11 % des Français sont couverts par un minimum social (enquête DREES)

PUBLIÉ LE :
11 % des Français sont couverts par un minimum social (enquête DREES)
Adobe Stock

La DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) a publié aujourd’hui un document de près de 300 pages sur le thème « minima sociaux et prestations sociales – ménages aux revenus modestes et redistribution ». L’ouvrage « étudie les dispositifs permettant une redistribution monétaire en faveur des ménages modestes ». L’étude analyse les dix minima sociaux existant en France et les prestations sociales non-contributives. Focus.

11 % de la population française bénéficiaire de minima sociaux

L’étude recense 4,22 millions de personnes bénéficiaires en France de l’un des dix minimum social (revenu de solidarité active, allocation aux adultes handicapés, allocation de solidarité spécifique …), un chiffre qui grimpe à 7 millions si l’on compte les conjoints et enfants à charge, soit 11 % de la population française.

En 2016, les effectifs du Revenu de solidarité active (RSA), ont diminué pour la première fois depuis 2008 (-4,3 %). En 2018, ils repartaient à la hausse (+1,1 %), avec 1,90 million de bénéficiaires en décembre dernier. Pour ce qui est de l’Allocation aux adultes handicapés (AAH), moins dépendante du marché de l’emploi, ses effectifs restent plus stables et le nombre de bénéficiaires s’établit à 1,19 million de personnes.

Les minimas sociaux représentent 26,5 milliards d’euros, soit 1,2 % du Produit intérieur brut (PIB).

Prestations sociales non-contributives : un impact important sur le taux de pauvreté

L’ensemble des prestations sociales non-contributives (minima sociaux, aides au logement, les prestations familiales ou encore la prime d’activité) ont représenté 20 % du revenu disponible des ménages modestes (moins de 1 530 € mensuel), et 42 % des ménages pauvres (moins de 1 026 € mensuel).

Et ces prestations ont un effet direct sur le taux de pauvreté. En effet, d’après l’ouvrage de la DREES, les prestations sociales non contributives et les impôts directs ont réduit de 8,2 points le taux de pauvreté en 2016 : 22,2 % de la population serait en effet pauvre si la redistribution n’existait pas, contre 14 % aujourd’hui. Certaines personnes bénéficient d’avantages de la redistribution. Il s’agit :

  • Des familles monoparentales
  • Des familles nombreuses
  • Des jeunes de moins de 20 ans
  • Des personnes en situation de handicap âgées de 15 à 59 ans

Conditions de vie des bénéficiaires d’un revenu minimum

Les bénéficiaires d’un revenu minimum garanti (RSA, AAH, allocations de minimum vieillesse ou allocation de solidarité active) sont majoritairement plus pauvres (57 %) en conditions de vie que le reste de la population (12 %). Ainsi :

  • Ils connaissent des restrictions de consommation, notamment sur le fait qu’ils n’ont pas les moyens de manger de la viande, poisson, ou équivalent végétarien tous les deux jours
  • 23 % d’entre eux ne disposent pas leur propre logement ordinaire, dont 18 % occupe un logement prêté, ou sont hébergés chez un proche
  • 1 / 5 vit dans un logement surpeuplé
  • Au niveau de la santé, seuls 58 % de ces personnes se déclarent en bon ou très bon état de santé (pour une moyenne de 77 % des 18-59 ans). Les bénéficiaires des allocations du minimum vieillesse sont même 47 % à se déclarer en mauvaise ou très mauvaise santé, contre 14 % de la population âgée de 60 ans ou plus

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.