Perte d’autonomie : la moitié des européens connaîtrons des difficultés financières

PUBLIÉ LE :
Perte d’autonomie : la moitié des européens connaîtrons des difficultés financières
Adobe Stock

Une étude, menée par trois chercheuses* et publiée dans la revue Economie et Statistique de l’Insee, nous éclaire sur la capacité des Européens à financer leur perte d’autonomie à partir de leurs revenu et patrimoine. L’étude, centrée sur 9 pays européens, estime les trajectoires de dépendance des personnes âgées de 65 ans et plus.

57 % des personnes seront confrontés à une perte d’autonomie

En analysant les données de l’enquête SHARE (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe), les chercheuses estiment que plus de la moitié des européens (57 %) de plus de 65 ans seront confronté à une perte d’autonomie. La durée de dépendance est quant à elle estimée à 4,4 ans.

À NOTER

Les personnes en perte d’autonomie sont identifiées, dans l’étude, sur la base de leurs restrictions dans six de leurs activités essentielles de la vie quotidienne (AVQ) : s’habiller, se déplacer dans une pièce, prendre un bain ou une douche, manger, se mettre au lit / se lever et utiliser les toilettes). Les personnes en perte d’autonomie sont celles qui ont des difficultés à réaliser au moins deux des activités précitées.

Combien d’entre-elles seront en mesure de financer leur perte d’autonomie ? Très peu, selon les chercheuses, qui évaluent à :

  • 6 % le nombre de personnes capables de couvrir leurs dépenses avec leur seuls revenus
  • 16 % si elles utilisent l’ensemble de leur patrimoine financier
  • 22 % les personnes capables de couvrir leurs dépenses, si elles utilisent l’ensemble de leur patrimoine (à l’exception de leur habitation)
  • 49 % les personnes s’auto finançant, à condition qu’elles contractent un prêt viager hypothécaire sur leur résidence principale, dispositif peu utilisé à ce jour

Parmi les neufs pays analysés, la France se place cependant en bonne position, juste après la Belgique. En France, 58 % des personnes âgées seront en mesure de prendre en charge les dépenses liées à leur perte d’autonomie, un chiffre qui grimpe à 66 % en Belgique. Les autrichiens et les danois sont ceux ayant le plus de peine à financer ces dépenses, avec seulement 38 % des personnes ayant cette capacité de financement.

Un point inquiétant est toutefois soulevé par l’étude : ¼ des européens ne pourront même pas financer 10 % de leurs dépenses liées à une perte d’autonomie.

Coût de la perte d'autonomie

L’étude met également en évidence le coût élevé de la dépendance. Sans aide informelle ni couverture publique des dépenses de perte d’autonomie, le coût moyen de la dépendance assumée par une personne sans conjoint durant sa durée de dépendance s’élève à 114 779 €.

« Ces résultats mettent en évidence non seulement le coût élevé de la dépendance, mais aussi la nécessité de mettre en place d’autres formes de financement de ces dépenses », conclu l’étude.

*Bonnet C., Juin S. et Lafarrère A. (2019) . Private financing of long-term care  : income, saving and reverse mortgages. Économie et statistiques, 507-508, 5-24.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.