Enquête sur l’absentéisme au travail par Sécurex et IFOP

PUBLIÉ LE :

Sécurex, Groupe spécialisé dans la gestion de l’absentéisme, la prévention des risques, l’expertise médicale et la gestion de la paie et du personnel, a réalisé avec IFOP une enquête détaillée sur l’absentéisme au travail.

Cette enquête démontre l’importance de l’absentéisme, révèle les abus et permet de réfléchir aux actions correctives nécessaires.

Près de la moitié des salariés concernés

En 2016, 41 % des salariés ont eu un arrêt de travail d’au moins 1 journée. Ce taux atteint même 50 % chez les moins de 35 ans.

22 % des actifs se sont arrêtés 5 jours et plus.

15 % des actifs ont été en arrêt de 10 jours et plus.

Des abus dans la sollicitation des arrêts maladie

L’enquête révèle des abus dans ces arrêts de travail.

Ainsi, 1 actif sur 5 reconnaît qu’il aurait pu aller travailler, soit 20 % d’arrêts évitables. Chez les moins de 35 ans, ce taux augmente : ils sont 28 % à estimer qu’ils auraient pu aller travailler lors de ces absences.

Ce taux atteint 36 % chez les habitants de l’agglomération parisienne.

13 % des actifs expliquent avoir sollicité des arrêts maladie pour des raisons autres que la santé. Ce pourcentage s’élève même à 21 % dans les entreprises de 50 à 199 salariés.

Les vraies raisons de l’arrêt, expliquées par les salariés lors de l’enquête IFOP Sécurex, révèlent que des actions de prévention et de contrôle seraient dans 19 % des arrêts motivés par convenance personnelle.

Les autres raisons sont liées au contexte professionnel :

  • 21 % pour surcharge de travail et non-paiement d’heures supplémentaires
  • 18 % en raison d’absence de motivation, lassitude, manque de reconnaissance
  • 13 % en raison d’un conflit avec un autre collaborateur ou un supérieur hiérarchique

Ces absences de salariés ont des impacts pour les autres actifs en poste. Ainsi 64 % estiment que leur travail a pu être pénalisé par des absences de collègues :

  • Surcharge de travail
  • Horaires décalés
  • Changement de poste

Ce constat atteint 75 % dans les entreprises de 20 à 49 salariés, où l’absence d’une personne peut avoir un impact plus fort sur l’organisation de l’activité et où il existe moins de ressources pour pallier à ces absences.

L’absentéisme : un problème majeur pour les entreprises

L’enquête montre que l’absentéisme impacterait l’organisation du travail, le rendement, les relations humaines et peut également induire une majoration du coût des couvertures prévoyance complémentaire.

Les arrêts de travail : un coût pour la Sécurité sociale

Les indemnités journalières (IJ) retracées dans les comptes de la santé recouvrent celles versées par les régimes de base d’assurance sociale (hors fonction publique) au titre des risques maladie, accidents du travail-maladies professionnelles (AT-MP) et maternité.

En 2015, elles s’élèvent à 13,7 milliards d’euros :

  • 7, 62 milliards pour les arrêts maladie
  • 3,05 milliards pour les AT – MP
  • 3,03 milliards pour les arrêts maternité

© fotolia

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.