Édouard Philippe lance une mission sur les arrêts maladie

PUBLIÉ LE :
Édouard Philippe lance une mission sur les arrêts maladie
fotolia

Jeudi 6 septembre, la 10ème édition du baromètre de l’absentéisme et de l’engagement réalisé par Ayming en partenariat avec AG2R La Mondiale révélait que le taux global d’absentéisme a légèrement repris sa progression en France en 2017. Il est passé de 4,59 % en 2016 à 4,72 % en 2017, ce qui représente en moyenne 17,2 jours d’absence par an et par salarié, contre 16,8 jours en 2016. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, le Premier ministre, Édouard Philippe, déclarait : « un peu plus de dix milliards d'euros sont consacrés à l'indemnisation des salariés arrêtés, et ce volume progresse de plus de 4 % par an. En trois ans, le nombre de journées indemnisées est passé de onze à douze par an et par salarié du privé ».

Réactions des syndicats médicaux

Plusieurs syndicats des professionnels de la santé ont réagi à ces déclarations. L’Union française pour une médecine libre (UFML) rappelait notamment que « les médecins prescrivent des arrêts de travail à leurs patients, tout au long de l'année et sur tout le territoire, mais ils ne prescrivent pas de jours de congés ».

Le syndicat regrettait également que le gouvernement ne s’inquiète pas des causes de l’augmentation du nombre d’arrêts maladie.

Une mission d’évaluation pour réduire les dépenses d’arrêts de travail

Mercredi 5 septembre, à la suite de ses rencontres avec les partenaires sociaux, le Premier ministre a lancé une évaluation des causes de la hausse des 4 % des arrêts de travail dont l’objectif est de réduire les dépenses de la Sécurité sociale.

Il a chargé Stéphane Seiller, magistrat à la Cour des comptes, et Jean-Luc Bérard, Directeur des ressources humaines du groupe industriel Safran, de mener une mission d’évaluation sur ce sujet. Elle durera 4 mois avec un premier point d’étape, fin octobre, où seront présentés les premiers éléments de diagnostic et de premières orientations.

Les préconisations de l’IGAS et l’IGF

Toutefois, il existe déjà des informations à ce sujet puisque fin novembre 2017, l’IGAS (1) et l’IGF (2) ont publié un rapport intitulé L’évolution des dépenses d’indemnités journalières. Il formulait les recommandations suivantes :

  • Mieux prévoir la dépense
  • Poursuivre l’effort de simplification de la réglementation
  • Responsabiliser les acteurs de la dépense d’IJ
  • Mettre en place un accompagnement plus efficient des professionnels de santé
  • Sensibiliser les assurés sociaux
  • Instaurer une meilleure transmission de la contre-visite

(1) Inspection générale interministérielle du secteur social
(2) Inspection générale des finances

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.