Dossier médical partagé : lancement officiel prévu le 6 novembre

PUBLIÉ LE :
Dossier médical partagé : lancement officiel prévu le 6 novembre
Fotolia

Après plusieurs échecs de mise en œuvre depuis près de 15 ans, le lancement officiel du dossier médical partagé (DMP) est prévu demain, 6 novembre, en présence d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, Nicolas Revel, directeur de la Caisse nationale d’Assurance maladie et d’Alain-Michel Ceretti, président de France Assos Santé, qui représente 80 associations de patients.

Véritable carnet de santé numérique, le DMP qui regroupe les données de santé de l’assuré : (traitements, résultats d’examens d’analyses, allergies éventuelles, etc.), ambitionne de mieux coordonner les soins médicaux, afin notamment de permettre au patient de bénéficier d’une prise en charge optimale, d’éviter les examens inutiles, ou encore, de bénéficier d’une meilleure prise en charge en cas d’urgence.

Le système, expérimenté depuis 18 mois dans 9 départements, a permis de définir la stratégie pour le déploiement national du dossier médical partagé. Le gouvernement table sur un objectif de 40 millions de DMP ouverts d’ici à 5 ans.

Qu’est-ce que le dossier médical partagé ?

Le dossier médical partagé est un outil numérique permettant à l’assuré de conserver ses données de santé en ligne.

Il est destiné à « favoriser la prévention, la qualité, la continuité et la prise en charge coordonnée des soins des patients », selon la loi de modernisation de notre système de santé de 2016.

Le DMP renferme les traitements, les résultats d’examens, les antécédents médicaux, ou encore, les comptes rendus d’hospitalisation du patient. Ce sont les prescripteurs qui alimentent au fur et à mesure le dossier médical partagé des patients.

Attention toutefois, l’accès au dossier médical partagé est hautement sécurisé : seul le patient et les professionnels de santé autorisés par l’assuré (médecin traitant, infirmier, pharmacien, etc.) peuvent le consulter.

Les informations inscrites dans le dossier médical partagé sont accessibles aux professionnels de santé consultés, ce qui permet au patient :

  • De bénéficier d’une prise en charge optimale
  • De prévenir les risques d'interactions médicamenteuses
  • De simplifier la transmission des antécédents médicaux et d’allergies éventuels
  • D’éviter des examens inutiles
  • De mieux être pris en charge en cas d'urgence

Comment créer son dossier médical partagé ?

La création du dossier médical partagé est gratuite ; elle se fait à la demande du patient. Il lui suffit pour cela de se munir de sa carte Vitale et :

OU

  • De se rendre à l'accueil d'un établissement de santé

OU

  • De demander sa création au médecin lors d'une consultation médicale (sous réserve qu’il dispose des outils informatiques adaptés)

Le dossier médical partagé est ensuite disponible sur la plateforme mondmp3.dmp.gouv.fr.

Pour se connecter à son compte, l’assuré doit saisir l’identifiant qui lui a été remis lors de la création de son DMP ainsi que de son mot de passe.

L’assuré seul a le contrôle sur son dossier : il peut ainsi ajouter ou masquer un document, décider de sa fermeture, etc.

Des expérimentations réussies

9 Caisses primaires d’Assurance maladie (CPAM) expérimentent le dossier médical partagé depuis 18 mois : il s’agit des caisses d’Amiens, de Bayonne, de Besançon, de Clermont-Ferrand, des Côtes-d’Armor, de Créteil, de Strasbourg, de Toulouse et de Tours.

Le test aurait semble-t-il été un succès, notamment en Haute-Garonne, où l’on compte 110 000 créations de DMP à ce jour, ou encore, dans les Côtes-d’Armor où l’on comptabilise plus de 32 000 créations de dossiers, et ce, grâce à l’implication de nombreux acteurs de la santé : caisses d’Assurance maladie, établissements de santé, représentants des professionnels de santé libéraux, représentants d’associations de patients, acteurs du secteur médico-social, représentants des EHPAD, etc., qui considèrent l’expérience comme une « réussite ».

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.