Covid-19 : les tests de dépistage deviendront payants le 15 octobre 2021

PUBLIÉ LE :
Covid-19 : les tests de dépistage deviendront payants le 15 octobre 2021
Adobe Stock

Récemment interrogé par la presse, le Premier ministre Jean Castex a indiqué qu’à partir du 15 octobre prochain, « les tests PCR et antigéniques ne seront plus systématiquement remboursés par la Sécurité sociale, mais seulement sur des critères médicaux. ».

Un coût considérable pour la Sécurité sociale

Depuis le début de la crise sanitaire, plus de 100 millions de tests PCR ou antigéniques ont été réalisés en France. Jusqu’à présent totalement pris en charge par l’Assurance maladie, ces derniers étaient gratuits pour les utilisateurs, mais ont coûté plus de 5 milliards d’euros à la Sécurité sociale.

Une fois payants, les tests pourraient probablement avoir les mêmes tarifs que ceux appliqués aux touristes étrangers : 43,89 euros pour un test PCR et 25 euros pour un test antigénique.

Inciter les Français à aller se faire vacciner

À travers cette mesure, le Gouvernement vise à inciter le plus de personnes possible à se faire vacciner.

De base, il était prévu qu’à partir du 15 octobre, seuls les tests prescrits par un médecin via ordonnance, ou bien réalisés en situation de cas contact, soient remboursés. A contrario, les tests « de confort », effectués en vue d’obtenir un pass sanitaire temporaire pour accéder à des lieux publics, deviendront payants.

Craignant que le dépistage soit grandement mis de côté par les Français avec ces mesures, ce qui pourrait aggraver l’épidémie, le gouvernement réfléchit à plusieurs options :

  • Laisser les pharmaciens et les biologistes prescrire eux-mêmes les tests PCR ou antigéniques. En fonction de la raison de la venue du patient en pharmacie ou en laboratoire pour se faire dépister, le professionnel pourrait alors décider si le test mérite d’être remboursé, ou bien s’il s’agit d’un test de confort non-remboursé.
  • Rendre le QR code payant plutôt que le test de dépistage en lui-même. Dès lors, le choix serait laissé au patient : s’il souhaite un QR code pour aller au restaurant, le test ne serait pas remboursé. Par contre, s’il craint d’être contaminé, le test serait remboursé, mais sans QR code. Le test serait donc remboursé lorsqu’il a une utilité médicale, et seul le QR code deviendrait payant.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.