Coût, remboursement, fiabilité : tout savoir sur les autotests Covid à acheter en pharmacie

PUBLIÉ LE :
Coût, remboursement, fiabilité : tout savoir sur les autotests Covid à acheter en pharmacie
Adobe Stock

Depuis hier, lundi 12 avril, l’ensemble des personnes asymptomatiques de plus de 15 ans peuvent acheter en pharmacie un autotest sur prélèvement nasal afin de dépister le Covid-19.

Le prix maximum du test, fixé par un arrêté du 10 avril 2021, ne peut excéder 6 € jusqu’au 15 mai, et 5,20 € au-delà. Un échelonnement de coût justifié par l’arrivée sur le marché français de fabricants aux capacités de production plus importantes, et donc aux coûts de production plus faibles.

Autotest Covid-19 : quel remboursement Sécu ?

Pour le grand public, les tests ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. Cependant, certains professionnels (environ 600 000) peuvent bénéficier de la prise en charge intégrale de ce test : il s’agit des professionnels travaillant auprès des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.

Sont ainsi concernés :

  • Les services d’aide à domicile (SAAF, SSIAD, salariés de service pour personnes handicapées)
  • Les accueillants familiaux

Un justificatif professionnel sera demandé à ces personnes par le pharmacien afin qu’ils puissent bénéficier des autotests sans avance de frais. Le nombre de tests maximal par mois est fixé à 10.

Comment fonctionne-t-il ?

L’autotest Covid est fourni avec un guide d’utilisation. Le mode de prélèvement est l’auto-prélèvement nasale, moins profond que le prélèvement nasopharyngé pratique pour les tests PCR et antigéniques classiques. Le résultat est déterminé en 15 à 20 minutes, selon le fabricant.

Le test peut être utilisé dans le cadre d’un dépistage collectif, en entreprise ou au lycée notamment.

Quelle est la fiabilité des autotests ?

Les autotests sont des tests antigéniques : leur fiabilité s’élève au minimum à 80 %, selon la Haute autorité de Santé. La probabilité qu’une personne au test positif soit effectivement porteuse du virus s’élève à plus de 99 %. Le risque de faux positif est très réduit.

À l’inverse, le prélèvement des autotests n’étant pas réalisé par un professionnel de santé mais par l’usager lui-même, la possibilité d’obtenir un faux négatif existe. Le ministère des solidarités et de la santé rappelle à ce titre qu’aucun test ne permet, en cas de résultat négatif, de lever les gestes barrières.

Afin d’augmenter leur fiabilité, le ministère préconise de répéter plusieurs fois l’utilisation des autotests, jusqu'à 1 à 2 fois par semaine.

En tout état de cause, les personnes symptomatiques et les personnes contacts doivent continuer à se faire tester via des tests plus fiables, comme les tests PCR ou les test antigéniques par prélèvement nasopharyngé, réalisés par des professionnels de santé.

Que faire en fonction du résultat du test ?

La fiabilité de l’autotest étant limitée, les personnes dont le test se révèlera négatif doivent continuer à faire les gestes barrières.

En cas de résultat positif, la marche à suivre est la suivante :

  • Réaliser un test RT-PCR qui confirmera le résultat
  • S’isoler immédiatement
  • Prévenir les personnes avec qui l’on a récemment été en contact

Pour les personnes dans l’impossibilité de télétravailler, il est possible de demander un arrêt de travail dans l’attente des résultats du test PCR.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.