Coronavirus : le chômage partiel, désormais pris en charge à 100 % par l'État

PUBLIÉ LE :
Coronavirus : le chômage partiel, désormais pris en charge à 100 % par l'État
Adobe Stock

Fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités dès ce lundi 16 mars et jusqu’à nouvel ordre, télétravail encouragé, recours au chômage partiel, report du paiement des charges sociales pour les entreprises en difficulté sur simple mail à l’administration, etc., le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé lors de son allocution télévisée du jeudi 12 mars, une série de mesures visant à lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus.

Selon Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, le coût économique de ces mesures se chiffre à « des dizaines de milliards d’euros ».

Parmi les dispositions mises en œuvre, le Gouvernement vient d’élargir le dispositif d’activité partielle, qui permet de réduire ou suspendre temporairement l’activité des salariés dans certaines circonstances, notamment liées aux difficultés économiques conjoncturelles et éviter ainsi de recourir au licenciement.

En effet, désormais, « l’État prendra à sa charge l’intégralité de l’indemnisation des salaires qui seraient placés en chômage partiel [cela], quel que soit le niveau de salaire », a annoncé ce matin Bruno Le Maire, au micro de BFM-TV, envisageant simplement de plafonner cette prise en charge pour les « rémunérations extraordinairement élevées ».

Jusqu’à présent, en cas de chômage partiel, le salarié était indemnisé à hauteur de 70 % de son salaire brut (soit environ 84 % du salaire net) et la prise en charge de l’État se limitait au SMIC.

À l’heure actuelle, 5 117 entreprises ont réalisé une demande d’activité partielle, pour un total de 80 000 salariés et un coût estimé à 242 millions d'euros. « Mais ça va aller bien au-delà, bien évidemment », a estimé Muriel Pénicaud, la ministre du Travail.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.